publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'hypocondrie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (22. septembre 2014)

Le terme hypocondrie a été crée par Hippocrate. Il désignait initialement des sujets se croyant atteints de maladies affectant les organes situés dans les hypocondres. Ces derniers correspondent aux régions situés en haut de l'abdomen, avec du côté droit, comme organe: la majeure partie du foie et la vésicule biliaire ; et à gauche l'estomac, une partie du côlon (à gauche). L'hypocondriaque a parfois tendance à se palper ces régions de l'abdomen...

L'hypocondrie est ainsi un trouble "imaginaire" sous-tendu par des fausses interprétations de certains signes physiques, que le patient juge anormaux et révélateurs d'une maladie.

L'hypocondriaque est un "malade imaginaire" qu'il est difficile de rassurer sur son état de santé. Même lorsqu'aucune anomalie physique n'est retrouvée. Les plaintes incessantes de ces patients finissent par épuiser l'environnement socio-familial. Les hypocondriaques sont souvent progressivement exclus de leur réseau relationnel.

Le trouble peut débuter suite à des évènements de vie qui sont vecteurs d'insécurité, comme un déménagement, un changement d'emploi ou encore la perte symbolique ou réelle d'un proche.

L'hypocondriaque est donc persuadé d'être atteint d'une maladie qu'il a lui-même inventé. Ses plaintes sont souvent des manifestations douloureuses ou des préoccupations exagérées concernant le fonctionnement d'un organe, souvent le tube digestif. Parfois, l'hypocondriaque a peur de contracter une maladie "d'actualité", c'est-à-dire celle dont les médias parlent le plus à un moment donné (le sida, le cancer du sein, l' infarctus, la grippe aviaire, etc.).


publicité