publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hystérie : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (11. septembre 2014)

Depuis que l'hystérie a été décrite par les neurologues Charcot et Freud, la compréhension des causes a été amplement élargie. Selon les théories psychanalytiques, l'hystérie est la manifestation clinique d'un conflit psychique intérieur. Ce dernier étant caractérisé par un refoulement des pulsions sexuelles, incompatibles avec les conventions sociales du moment. Et dont le seul biais d'expression passe par la simulation inconsciente de symptômes physiques. Ce qui permettrait d'éviter le sentiment de culpabilité, et de maintenir ainsi une sorte d'équilibre psychique.

Aujourd'hui, si la théorie psychanalytique n'est pas écartée par tous les psychiatres, elle reste critiquée et supplantée par les récentes découvertes en neuro-imagerie. L'imagerie cérébrale contemporaine des symptômes conversifs met en lumière des zones d'hyperactivité cérébrales associées à des zones d'hypoactivité.

Ces études pionnières qui authentifient un support biologique à la conversion hystérique ont ouvert la voie à de nombreux programmes de recherche.
Outre les causes strictement psychologiques et neurobiologiques, certains médecins ont considéré les traumatismes et maltraitances infantiles comme des facteurs de risque de conversion hystérique. Ainsi une accumulation de stress répétés, quels qu'ils soient, pourraient être impliquée dans la genèse de l'hystérie.

Enfin, des causes sociales peuvent également être incriminées. L'expression de l'hystérie étant différente en fonction du contexte et de l'époque dans laquelle elle survient. Il est ainsi à noter que, depuis la libéralisation de la femme dans les années 60, les « crises » d'hystérie telles qu'elles avaient été décrites au XIXème siècle ont aujourd'hui quasiment disparu.


publicité