publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Hystérie : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (11. septembre 2014)

Dans les troubles de la personnalité histrionique sans symptômes associés, aucun traitement n'est indiqué, si ce n'est une psychothérapie afin de se départir de ce fonctionnement psychologique inadapté.

Quant aux symptômes conversifs, leur traitement est particulièrement difficile. Les traitements médicamenteux (antidépresseurs, anxiolytiques) sont prescrits avec prudence par le médecin. Parce que d'une part leur intérêt est discuté, et d'autre part l'hystérique risque d'y trouver un bénéfice du fait de son attirance pour le monde médical. Les approches corporelles sont intéressantes, mais attention à l'érotisation des rapports avec le thérapeute.

Les psychothérapies analytiques sont traditionnellement indiquées en cas d'hystérie. Mais d'autres thérapies, comme l'hypnothérapie et l'EMDR, semblent avoir un intérêt non négligeable dans le traitement des symptômes conversifs, quelle que soit leur présentation clinique.

Pour l'entourage, comme pour le médecin, il peut être difficile de trouver le juste milieu entre le rejet et la trop grande complaisance. Ce qui importe d'avoir à l'esprit est la souffrance qui sourd à l'origine de ces symptômes.

L'intérêt de la psychothérapie étant d'apprendre à reconnaître cette souffrance intérieure afin de désamorcer la symptomatologie hystérique, et de trouver les meilleures réponses à cette souffrance. Cela afin d'éviter le handicap qu'entraîne certains symptômes conversifs, aussi bien dans la sphère socio-professionnelle, que familiale et affective. Les dépressions et tentatives de suicide sont fréquentes, et peuvent survenir dans le cadre d'un trouble de la personnalité histrionique.


publicité