publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'hystérie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (11. septembre 2014)

© Jupiterimages/iStockphoto

L'hystérie est un trouble psychologique décrit en premier lieu par Charcot et Sigmund Freud, à la fin du XIXème siècle. Ils faisaient alors référence aux « crises » d'hystérie mettant en scène toute sorte de simulations inconscientes.

Comme une soudaine paralysie, une crise de tétanie ou une incapacité de parler, dont les causes apparaissaient alors comme strictement psychologiques.

Depuis ce temps, les symptômes de l'hystérie ont évolué. Ceux-ci étant, selon toute vraisemblance, dépendants de l'évolution de la société. Aujourd'hui, les psychiatres ne parlent d'ailleurs plus d'hystérie à proprement parler, mais de « trouble somatoforme » (autrement appelés « symptômes conversifs »), de « troubles dissociatifs » et de « troubles de la personnalité histrionique » (le plus fréquent).
Sa compréhension, elle aussi, s'est enrichie de connaissances neuroscientifiques, psychologiques et sociologiques.

Si l'étymologie du mot « hystérie » se rapporte à l'utérus, les femmes n'en ont toutefois pas l'exclusivité. Des hommes peuvent également en souffrir. Différents traits de caractère signent une propension à l'hystérie : le théâtralisme, la dépendance affective, le besoin de séduire, l'adaptation aux désirs de l'autre, la mythomanie, la tendance à faire des caprices, l'hyperréactivité émotionnelle et les troubles sexuels (de la frigidité à l' hypersexualité). Outre ces traits de personnalité, certains symptômes, plus handicapants peuvent jalonner le parcours d'un « hystérique ». Ceux-ci étant aussi variables que le panel de symptomatologie d'un être humain (moteur, digestif, psychique, etc.).


publicité