publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Incontinence anale - Incontinence fécale : Une opération chirurgicale

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (08. décembre 2014)

Pour traiter une incontinence fécale, lorsque les médicaments ne sont pas suffisants et que la rééducation n'est pas efficace, il est parfois nécessaire d'envisager une réparation chirurgicale du sphincter anal. Si, pendant de nombreuses années, la seule réponse chirurgicale était la colostomie terminale, de nouvelles techniques se sont pratiquées depuis une dizaine d'années.

> Le sphincter artificiel.

Il s'agit d'un dispositif en silicone, semi-automatique et composé de trois éléments reliés entre eux. D'abord une manchette gonflable placée autour de l'anus et dont la mission est d'assurer l'occlusion anale. Ensuite, un ballon réservoir et régulateur de pression placé à côté de la vessie. Pour finir, une pompe, placée dans la grande lèvre chez la femme, ou dans le scrotum chez l'homme : c'est cette partie qui est accessible au patient.

La défécation est donc activée par quelques pressions de cette petite pompe : la manchette péri-anale se vide de l'eau qu'elle contient permettant ainsi l'ouverture de l'anus (elle se remplit automatiquement d'eau, à nouveau, quelques minutes après).

Attention : si la pose d'un sphincter anal artificiel est simple (une semaine d'hospitalisation, quand même), il est nécessaire de bien surveiller les risques infectieux qui peuvent survenir au décours de l'intervention.

> La neuromodulation.

Le pacemaker anal ou la neuromodulation : il s'agit de poser une électrode au niveau des nerfs qui contrôlent le sphincter. Les impulsions électriques sont délivrées par un boîtier interne. Cette technique donne de bons résultats : près de deux malades sur trois sont améliorés. Quant aux risques ou effets secondaires : les éventuelles complications sont infectieuses, mais aussi des risques de douleurs au site de l' implant ou un déplacement de l'électrode. Un suivi régulier est donc nécessaire.

> La graciloplastie.

Il s'agit d'une sorte d'auto-greffe. Un muscle est utilisé, le muscle gracilis (qui se trouve à l'intérieur de la cuisse) va remplacer le sphincter déficient. Le bandeau de muscle va envelopper le canal anal. Il s'agit d'une intervention assez lourde, réservée à ceux pour qui tous les autres traitements ont échoué.

Enfin, quand le sphincter est rompu, il est possible d'opérer pour réparer du mieux que l'on peut le sphincter.



publicité