publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Incontinence urinaire chez l’homme : Le témoignage d'un patient

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. septembre 2011)

Gilbert, 67 ans, a bien voulu apporter son témoignage sur l'incontinence urinaire.

Que vous est-il arrivé ?
Le truc banal, je suppose. Un cancer de la prostate qui m’a été diagnostiqué il y a deux ans. Un choc. D’autant plus que j’ai une très jeune femme. Elle a presque trente ans de moins que moi. Nous avons deux jeunes enfants. Vous imaginez le choc. Je me suis dit : ça y est, c’est foutu ! Je vais tout perdre. Bref ! J’ai été opéré. Ma femme était très présente. Très maternelle, ce qui est un comble, vu son âge. Vraiment, elle m’a materné. Elle était très rassurante. Le problème est que j’ai eu des fuites urinaires assez importantes après l’intervention. Là, encore, elle a été parfaite avec moi. Elle se montrait patiente, gentille, rassurante. Une horreur ! J’avais l’impression qu’elle se transformait en infirmière. Et moi, en vieux malade. Je n’étais plus son mari. Je n’étais plus son amant. J’étais son patient. Je n’ai absolument pas toléré cette situation.

Et les fuites ? Vous les avez traitées ?
Je les ai niées, surtout. Le médecin m’avait dit que ça allait se passer avec le temps. Qu’il fallait attendre la cicatrisation complète. OK. Alors, j’ai attendu. En clair, je me suis cloîtré. C’est-à-dire que je ne voulais plus dormir avec ma femme. J’ai installé ma chambre dans mon bureau. Là encore, elle a été d’une patience d’ange. Je crois qu’elle attendait que ça se passe. Que ça me passe. Alors, on avait une vie superficiellement normale avec les enfants, avec les amis. Mais plus aucune intimité pendant des mois. Le problème est que les fuites urinaires ne se sont pas passées.

C'est-à-dire ? Cela a duré combien de temps ?
Plusieurs mois. J’ai fonctionné comme un vieux con, c’est sûr ! Sujet tabou. Si ma femme essayait d’aborder le sujet, je me mettais en colère ou je partais. Nous n’avions plus aucune sexualité. Je me sentais vraiment diminué. Un vieux, quoi. J’étais irascible, tout le temps. Au point, que je ne supportais même plus que ma femme m’approche. Pas même un bisou. Pas un petit câlin. Je ne supportais rien. Je m’en sentais tellement incapable, que je la repoussais tout le temps.

Aujourd'hui, où en êtes-vous ?
En fait, j’ai bien vu que j’allais perdre ma femme, si je continuais comme ça. Alors je me suis relevé. J’ai rencontré une nouvelle fois mon urologue et je lui ai tout raconté. Comme une confession. Je suis allé chez le kiné. Un kiné vraiment bien. Il m’a vraiment permis de me retrouver. Et puis au bout de quelques mois, l’ incontinence a disparu. Déjà, je me suis senti mieux. Ensuite, avec l’urologue, on a commencé à aborder la question de ma sexualité. J’ai pris rendez-vous avec un psy qui nous reçoit tous les deux, ma femme et moi et on gère ça ensemble. En tous les cas, je ne crains plus les câlins. Là aussi, il a fallu une sorte de rééducation. Mais la vie a repris.

>> Vous voulez réagir, apporter votre témoignage, rendez-vous sur notre FORUM.

La photo ne correspond pas au témoin.

La photo ne correspond pas au témoin.


publicité