publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Incontinence urinaire chez l’homme : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. septembre 2011)

La cause principale de l' incontinence chez l'homme est l'âge, malheureusement ! On en est tous là... Et c’est l’âge qui finit par nous apporter l’égalité entre les sexes. Même en ce qui concerne l’ incontinence urinaire ! Quand on franchit le cap du grand âge, si 60% des femmes souffrent d’incontinence, 40% des hommes en sont également victimes. Une parité dont on se serait fort bien passé !

> La première cause de l’incontinence chez l’homme sont les maladies de la prostate. La prostate est cette petite glande (qui n’appartient qu’aux hommes) qui entoure le début de l’urètre (le tuyau qui amène l’urine de la vessie vers l’extérieur). Sa principale fonction est la production du sperme, auquel vont se mêler les spermatozoïdes, lors de l’ éjaculation. Lorsque, pour une raison quelconque, la prostate grossit, elle gêne l’évacuation de l’urine (n’oubliez pas qu’elle entoure l’urètre). Du coup, pour compenser le blocage, la vessie doit travailler davantage. Ce qui finit par l’irriter. Elle se met à se contracter, d’où les envies pressantes et répétées.

> Les suites d'une opération de la prostate. Lorsque, pour une raison médicale quelconque, le plus souvent un cancer, la prostate a dû être retirée (ce que l’on appelle une prostatectomie radicale), des fuites urinaires peuvent survenir, le temps de la cicatrisation. Chaque année, on estime que 15 000 hommes ont subi cette prostatectomie. Cette intervention chirurgicale menace directement le sphincter urinaire. Mais pas de panique ! Quelques jours, voire quelques semaines après l’intervention, le temps que la cicatrisation se fasse et le temps que l’organisme s’habitue à sa nouvelle anatomie, la continence va revenir. Un peu de patience. La rééducation ou certains médicaments peuvent vous aider à aller plus vite. Mais, sachez-le, rééducation ou pas, l’incontinence ne va pas durer. L’incontinence ne persiste que très rarement : une fois sur vingt, environ. Et encore ! Dans le cas où l’incontinence persiste, des solutions existent, comme la mise en place d’un sphincter artificiel qui reste discret. D’autres solutions plus récentes existent également pour traiter cette incontinence.

> L'adénome de la prostate. A partir de 45 ans, la prostate commence à augmenter de volume. C’est naturel. Normal. Cette augmentation de volume peut provoquer une gêne. La prostate entoure l’urètre. Si elle appuie dessus, l’urine s’écoule moins bien. Les effets, on les connaît : il faut pousser pour pisser. Il faut y revenir à dix fois... Et une fois sur huit, il va falloir être opéré, pour « déboucher » l’urètre. Si cela doit vous arriver, rassurez vous, vous n’êtes pas le seul : chaque année, plus de 100 000 hommes doivent être ainsi opérés ! (une intervention, la plupart du temps par les voies naturelles et sans conséquences opératoires). Cela dit, il n’est pas exceptionnel, après l’intervention, de ne pas retrouver un confort parfait pour uriner et se retenir. Cela ne durera pas. Il faut laisser le temps au corps de cicatriser.

> Certaines maladies neurologiques peuvent être la cause d'une incontinence, comme la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, une atteinte nerveuse liée au diabète, ou encore les suites d’un AVC ( accident vasculaire cérébral).


publicité