publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Infarctus du myocarde : la surveillance

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (29. novembre 2016)

Une surveillance régulière s'impose avec des explorations périodiques, après avoir été victime d'un infarctus du myocarde.

Comme les électrocardiogrammes d'effort sur lesquels les signes d'ischémie peuvent apparaître, ou les coronarographies pour observer et analyser les vaisseaux cardiaques (coronariens) rétrécis... La persistance de signes d'ischémie du muscle cardiaque est possible malgré les traitements vaso-dilatateurs. Dans ce cas, les artères n'ont pas retrouvé leur diamètre original et le patient se plaint de douleurs thoraciques spontanément ou à l'effort (angine de poitrine).

Si les rétrécissements dans les artères coronaires s'avèrent importants, il est possible de proposer un pontage, voire plusieurs pour shunter la zone rétrécie (avec des morceaux de veines prélevés ailleurs), si les traitements précédents n'ont pas donné de bons résultats.

La prévention

La prévention est essentielle si un patient a été victime d'un infarctus du myocarde.

L'athérosclérose, l'hypercholestérolémie, l'obésité, le diabète nécessitent d'être pris en charge pour une bonne prévention quand une personne a été victime d'un infarctus du myocarde. Au même titre que le tabac, ces désordres favorisent le risque d'infarctus du myocarde.

Les règles hygiéno-diététiques sont essentielles dans la prévention de l'athérosclérose : diète en cas de surpoids, alimentation pauvre en graisses saturées, arrêt du tabac, activité physique régulière (au moins 30 minutes de marche par jour), etc.

Il faut faire baisser le cholestérol avec une alimentation adaptée : limiter la viande, éviter les graisses animales (beurre, crème, charcuteries), les fritures, les plats en sauce, les desserts sucrés. Il est parfois nécessaire de prendre des médicaments hypocholestérolémiants.

Si la tension est élevée, il faut suivre les mesures hygiéno-diététiques qui s'imposent pour la faire baisser, et éventuellement prendre des médicaments antihypertenseurs, pour faire en sorte que la tension artérielle baisse en dessous de 140/90. Si on souffre d'un diabète, ce dernier doit être équilibré du mieux que l'on peut.

A lire aussi : 
> Palpitations cardiaques : quand faut-il s'inquiéter ?
> Troubles du rythme cardiaque
> Tachycardie ventriculaire (vidéo)

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Cardiologie ou Un médecin vous répond !


publicité