publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Infection urinaire chez l’enfant : que faire ? : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (09. mai 2013)

Plusieurs causes sont à chercher lorsque le petit enfant présente une infection urinaire ou plutôt quand existe une récidive d'infections urinaires. L’une qu’il ne faudra pas négliger, est une malformation des voies urinaires, entraînant un reflux vésico-urétéral.

Le reflux vésico-urétéral correspond à l’ urine qui remonte de manière anormale de la vessie vers un rein, voire les deux. C’est relativement fréquent chez le petit enfant, en raison de la longueur insuffisante de ses uretères (qui mènent l’urine, du rein à la vessie) et d’une béance entre la vessie et l’uretère. En fait, il s’agit, dans la plupart des cas, d’une immaturité du système urinaire qui disparaît avec le temps.

Le traitement de ce reflux vésico-urétéral peut être médical ou chirurgical. Dans un premier temps, si le reflux est important et si l’enfant est très jeune, c’est la chirurgie qui sera préférée. Si l’enfant est plus grand et que le reflux est modéré, un traitement antiseptique pourra être proposé grâce à la prise d'antibiotiques pendant un à deux ans. Si après un traitement médicamenteux, l’enfant est victime de nouvelles poussées infectieuses, il faudra opérer pour éviter les cicatrices rénales pouvant conduire à une insuffisance rénale.

Les facteurs favorisants

Les facteurs favorisant une infection urinaire chez l'enfant sont nombreux, surtout chez le bébé. D’abord, l’hygiène. Les organes génitaux de nos bébés sont en permanence entourés de couches. Même si on les change le plus souvent possible, ces couches contiennent des urines qui stagnent et des matières fécales. Les risques d’infections ascendantes sont toujours possibles. Dans ce cas, les microbes vont de l’extérieur de la couche, vers l’intérieur : le système urinaire.

Ensuite, le dysfonctionnement vésical ou l’immaturité vésicale. Les petits éliminent mal la totalité de l’urine contenue dans leur vessie. Du coup, l’urine stagne dans la vessie, ce qui favorise la multiplication microbienne.

La constipation joue un rôle favorisant. Et c’est facile à comprendre. Pour la même raison, les matières fécales stagnent dans le côlon (tout près de la vessie), les bactéries s’y multiplient, qui peuvent migrer vers la vessie. D’où l’importance de traiter la constipation du petit enfant.

Un phimosis peut également favoriser les infections urinaires, chez le garçon. Le prépuce est trop étroit, trop serré et cela entraîne, là encore, une stagnation des urines.

Une vulvite, chez la petite fille, peut également provoquer une infection urinaire. La vulvite peut être générée par les couches.

Différents microbes peuvent être responsables d'une infection urinaire. Le plus souvent Escherichia coli est en cause dans les infections urinaires de l'enfant. Il s’agit d’une bactérie intestinale, normale et utile, lorsqu’elle n’est pas en trop grand nombre.

Escherichia coli n’est pathogène, c’est-à-dire qu’elle n’entraîne une maladie ou une infection que lorsqu’elle est localisée en dehors des intestins.

La bactérie peut alors provoquer des méningites, des abcès, des septicémies, mais avant tout des infections urinaires.

Plus rarement, la bactérie responsable peut être Proteus, ou un streptocoque particulier appelé entérocoque à l'origine de l'infection urinaire.


publicité