publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Infection urinaire chez l’enfant : que faire ? : Les conseils du médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (09. mai 2013)

Entretien avec un médecin spécialiste, le docteur Georges Picherot, chef du service de pédiatrie du CHU de Nantes.

Quels examens peuvent être effectués pour rechercher les causes d'une infection urinaire ?
Il est très important de bien déterminer la cause de cette infection urinaire, et de savoir notamment si c’est une anomalie rénale qui en est à l’origine.
Pour cela, le médecin pourra vous demander de faire effectuer plusieurs examens complémentaires, surtout s’il y a une ou plusieurs récidive(s) d'infections urinaires :
> Une échographie rénale est demandée systématiquement. L'examen n’est pas douloureux, pas invasif et donnera une vision précise de l’état des reins de votre enfant, leur taille, des uretères ou d’éventuelles anomalies de la vessie.
Suivant les résultats de l’ échographie, le médecin pourra demander :

> Une scintigraphie rénale. Un produit de contraste faiblement radioactif, sera injecté dans une veine du bras qui sera ensuite filtré par le rein, avant de partir dans les urines. Ainsi, tout le trajet rénal et urinaire pourra être visualisé, ainsi que les éventuelles malformations ou dysfonctionnements.

> Une cystographie rétrograde. Il s’agit de visualiser la vessie et l’urètre, après avoir opacifié l'urètre et la vessie. Une petite sonde souple est introduite par les voies naturelles jusque dans la vessie. Là, un produit de contraste (iodé) est injecté dans la vessie permettant la réalisation de clichés avant, pendant et après la miction.

Quelles sont les complications d'une infection urinaire chez l'enfant ?
Chez l’enfant, une infection urinaire n’est jamais banale. La difficulté de diagnostic augmente, et de fait, le risque de complications. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, chez le petit enfant le diagnostic se fait souvent au stade de la pyélonéphrite, lorsque l’infection a déjà atteint les reins.
Ce que l’on craint, est aussi la diffusion des microbes dans tout l’organisme : une septicémie.
A craindre également les cicatrices rénales. Ce sont des lésions laissées par l’infection qui évoluent vers une fibrose (un amincissement du parenchyme, du tissu, rénal). Ces cicatrices peuvent provoquer une insuffisance rénale.

Pour finir, quels conseils donneriez-vous aux parents ?
Face à une fièvre inexpliquée, il faut penser à la possibilité d’une infection urinaire. N’oubliez pas que votre petit enfant ne peut pas exprimer la douleur comme un enfant plus grand ou comme un adulte. D’autre part, les symptômes de l’infection urinaire sont légèrement différents chez l’enfant et chez l’adulte. Il est donc important d’y penser, même si l’enfant ne se plaint pas ou ne peut pas se plaindre de douleurs abdominales ou de brûlures mictionnelles.
Il est donc important de réagir le plus rapidement possible pour éviter les complications.
Cependant, il faut savoir que le diagnostic est toujours assez difficile à établir, en raison des prélèvements d’urines compliqués chez le petit enfant.
Une fois le diagnostic vérifié, et les causes établies, le traitement reste assez simple et repose essentiellement sur les antibiotiques.

Dr Georges Picherot, chef du service de pédiatrie du CHU de Nantes

Dr Georges Picherot, chef du service de pédiatrie du CHU de Nantes


publicité