publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le kyste de l’ovaire

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (29. décembre 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

La découverte d'un kyste de l'ovaire est souvent fortuite, à l'occasion d'un examen médical de routine. En cas de découverte d'un kyste de l'ovaire, toute la difficulté repose sur la question d'une éventuelle tumeur cancéreuse dont la prise en charge est très spécifique. C'est pourquoi, des examens complémentaires sont demandés afin de rechercher un éventuel cancer ovarien.

Le risque de cancer de l'ovaire est un peu plus élevé chez les femmes ménopausées, ainsi que chez les femmes dotées d'antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein et/ou de l'ovaire. Cependant, la plupart des kystes ovariens sont bénins. Il en existe deux sortes : les kystes fonctionnels qui disparaissent spontanément en quelques mois et les kystes organiques.

Dans la mesure où les examens complémentaires sont en faveur d'un kyste bénin, les examens seront refaits quelques mois plus tard pour vérifier si le kyste a disparu. S'il a disparu, c'était un kyste fonctionnel.

Les kystes fonctionnels sont favorisés par certaines contraceptions (en particulier les pilules progestatives minidoses) ; les médicaments stimulants ovariens ; ainsi que les grossesses.

Le kyste de l'ovaire est le plus souvent asymptomatique, mais peut se compliquer de torsion, de rupture, d'hémorragie, etc. Les kystes fonctionnels sont à surveiller jusqu'à ce qu'ils disparaissent en quelques mois. Les kystes organiques sont généralement opérés.

 

Pour en savoir plus sur le kyste ovarien :



publicité