publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Rage : La prévention et la vaccination

Publié par : Dorothee Gebele (01. juin 2015)

La meilleure prévention d’une infection de la rage est d’éviter tout contact avec un animal potentiellement porteur du virus rabique. D’une manière générale, il vaut mieux éviter de toucher des chauves-souris (ou alors seulement en portant des gants) afin de se protéger d’une infection par le virus de la rage.

Un autre moyen de prévention est la vaccination contre la rage. En France, le risque d’infection est extrêmement faible actuellement. De ce fait, une vaccination préventive contre le virus de la rage est seulement recommandée dans les cas suivants :

1) avant un voyage prolongé (ou répété) dans une région à haut risque rabique :  la vaccination contre la rage est conseillée lorsque le risque de contact avec le virus de la rage lors du voyage est élevé (par exemple : risque de transmission par des chiens errants lors d’un trek).
2) en cas de risque professionnel accru, c’est-à-dire lorsque :  

  • vous êtes en contact avec des animaux dans le cadre de votre travail (par exemple : vétérinaire, animalier, gardien d’animaux, garde forestier ou chasseur) et que la rage est réapparue dans votre région.
  • vous êtes en contact avec des chauves-souris pour des raisons professionnelles (ou autres).
  • vous travaillez dans un laboratoire manipulant des virus rabiques.

Le vaccin est administré sous forme de 3 injections réparties sur 4 semaines. Le premier vaccin de rappel est conseillé un an après, puis tous les 5 ans.

A noter : la vaccination ne protège pas à 100% contre la rage, et ne dispense pas d’un traitement (vaccination curative) en cas de contamination potentielle.

Il existe une autre mesure de prévention, assez peu appliquée en France (il faut le reconnaître) : en cas de morsure par un chien, le propriétaire du chien doit être en mesure de pouvoir montrer le carnet de vaccination du chien. En cas de morsure grave, l’animal ne doit pas être abattu, mais sera examiné par un vétérinaire. La loi indique que le chien mordeur soit vu par un vétérinaire 2 jours, puis 8 et 15 jours après la morsure, et s’assure que l’animal ne développe aucun symptôme de rage.

En France, la vaccination de la rage n’est pas obligatoire chez les chats et chiens (sauf si dans la région où vivent ces animaux des cas de rage ont été détectés chez des animaux sauvages). Seuls les chiens de catégorie 1 et 2 (jugés plus agressifs, voire dangereux, comme les Pitbulls et aparentés).

A titre de prévention, il est également essentiel de limiter la propagation de la maladie parmi les animaux sauvages et domestiques : des mesures efficaces comme l’immunisation des renards (avec des appâts vaccinaux) ont permis de maîtriser largement la rage en France.

Le risque de voir réapparaître la rage en France est très faible aujourd’hui. Il est cependant difficile d’évaluer le risque d’introduire la rage via l’importation illégale d’animaux en provenance de régions à risque rabique (comme la République du Biélorussie, la Bosnie, la Croatie ou la Turquie).

Attention : en important un animal non (ou insuffisamment) vacciné contre la rage en provenance d’un pays où la rage n’est pas maîtrisée, vous mettez en danger votre propre vie, ainsi que celle de toutes les personnes en contact avec l’animal. En même temps, vous risquez d’anéantir toutes les mesures prises pendant des années afin de maîtriser la rage en France.

A lire aussi :


publicité