publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Laryngite : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (10. mars 2015)

Les traitements de la laryngite varient en fonction de la cause et de la localisation de l'inflammation.

1 - La laryngite sous-glottique

La situation peut être angoissante pour l'enfant, comme pour son entourage.
Avant tout, il est urgent de calmer tout le monde. Il est recommandé d'asseoir l'enfant au chaud dans une atmosphère humide si possible (par exemple, dans la salle de bain en faisant couler de l' eau chaude dans la baignoire ou dans la cuisine en faisant bouillir de l'eau dans une casserole), de le rassurer, le cajoler, lui dire que ça va passer, et lui proposer de s'empêcher de tousser le plus longtemps possible entre chaque quinte de toux.

Il est nécessaire d'appeler le médecin qui fera le diagnostic par téléphone, et donnera les conseils en attendant sa visite. Ce dernier devra éliminer une épiglottite et traiter le petit malade par des corticoïdes (en gouttes) si la crise ne cesse pas spontanément. Ce traitement aura, en règle générale, un effet quasi instantané.

2- Epiglottite

C'est une urgence médicale : il faut faire transporter le malade à l'hôpital rapidement et par le SAMU. L'intubation en urgence et les corticoïdes (par voie générale et/ou locale) sont les deux traitements principaux de l'épiglottite.
Heureusement, elle est devenue rare grâce à la vaccination contre l'haemophilus influenzae.

3 - Les laryngites du grand enfant et de l'adulte

Les traitements de ces laryngites sont ceux de la cause. Si celle-ci est infectieuse, le traitement repose sur un antibiotique. Si la laryngite est secondaire à un reflux gastro-oesophagien, il faudra traiter ce dernier.
Un traitement par aérosols de corticoïdes peut être utile pour décongestionner le larynx et améliorer la parole.

Une rééducation chez l'orthophoniste peut également être indiquée, par exemple pour les instituteurs, les chanteurs ou les comédiens, qui devront apprendre à ménager leur voix.

Toute prolongation des symptômes au-delà de 15 jours nécessite un avis médical.


publicité