publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Maladie de Basedow : Le diagnostic

Publié par : Dorothee Gebele (24. août 2015)

Le diagnostic de la maladie de Basedow est évoqué par le médecin par la présence simultanée de trois symptômes :

  • Exophtalmie (globes oculaires saillants),
  • Goitre (glande thyroïde gonflée),
  • Tachycardie (palpitations).

Cependant, seulement environ 50 % des patients présentent l’ensemble de ces 3 symptômes. Afin de confirmer son diagnostic, le médecin procède à différents examens :

Pour évaluer la taille de la thyroïde, le médecin palpe tout d’abord le cou.

Une échographie peut aider à confirmer une augmentation du volume de la thyroïde et donc mettre en évidence un goitre ou des nodules thyroïdiens.

Pour établir le diagnotic de maladie de Basedow, une analyse sanguine permet de vérifier si le patient souffre d’une hyperthyroïdie en mesurant la quantité d’hormones thyroïdiennes dans le sang. Cette prise de sang est importante, étant donné que la maladie de Basedow est la cause la plus fréquente de l’hyperthyroïdie ! L’hyperthyroïdie est confirmée lorsque le taux de TSH est bas : cette hormone est sécrétée par l’hypophyse (dans le cerveau) et stimule la thyroïde à produire ses hormones. En cas de maladie de Basedow, le taux de TSH dans le sang est moins élevé parce que les hormones thyroïdiennes (T3 et T4), produites en trop grandes quantités, inhibent la production de la TSH.

L’analyse sanguine permet également de confirmer ou non la présence de différents anticorps :


  • Anticorps anti-récepteur de la THS (aussi appelée TRAK). Ces anticorps se lient au récepteur de la TSH et l’activent, stimulant ainsi la synthèse hormonale (hyperthyroïdie), la prolifération cellulaire (goitre) et la captation iodée. 

  • Anticorps anti-thyropéroxydase (anti-TPO). Ils sont présents chez 90% des patients de la maladie de Basedow. Ces anticorps anti-thyroïdiens s’attaquent à la thyroglobuline (une protéine composée d’iode et produite par la glande tyroïde, ayant pour fonction de transporter les hormones thyroïdiennes).

D’autres examens peuvent aider à poser le diagnostic de la maladie de Basedow :

  • Scintigraphie de la thyroïde : la thyroïde a besoin d’iode afin de produire les hormones thyroïdiennes. La scintigraphie de la thyroïde permet de déterminer la quantité d’iode qui est métabolisée par la thyroïde. Pour ce, on injecte au patient une substance légèrement radioactive (mais sans danger) dont la structure ressemble à celle de l’iode et qui est donc captée par la thyroïde. Une petite caméra (gamma caméra) peut alors mettre en évidence les zones de la thyroïde qui ont fixé l’iode.
    La scintigraphie permet également de vérifier s’il y a des nodules.
  • Ponction à l'aiguille fine : plus rarement, une ponction de la thyroïde est nécessaire pour confirmer le  diagnostic de la maladie de Basedow.


publicité