publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La maladie de Basedow : une maladie de la thyroïde

Publié par : Dorothee Gebele (24. août 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

La maladie de Basedow est une maladie auto-immune de la thyroïde qui se caractérise par une hyperproduction d’hormones thyroïdiennes (hyperthyroïdie).

La maladie de Basedow peut avoir des conséquences graves, notamment provoquer des problèmes oculaires et cardiaques. Elle engendre souvent un goitre (augmentation de volume de la glande thyroïde) ou une exophtalmie (saillie du globe oculaire en dehors de l’orbite).

L’exophtalmie survient plus souvent chez les femmes que chez les hommes (3 fois plus). Heureusement, elle se manifeste le plus souvent sous une forme légère et se résorbe lorsque la maladie de Basedow est traitée de manière adéquate. Mais chez une personne sur trois, elle se manifeste sous une forme sévère pouvant fortement affecter l’aspect physique : les globules peuvent s’avancer au point de gêner, voire empêcher la fermeture des yeux. Les conséquences peuvent être des yeux rouges ou secs, ainsi qu’une sensation de corps étranger. Comme l’affectation des yeux est bien visible pour tous, ces symptômes peuvent être difficile à porter psychologiquement.

La maladie de Basedow est la forme d’hyperthyroïdie la plus fréquente : elle est responsable de plus de 60 % des hyperthyroïdies et touche essentiellement les femmes (6 fois plus que les hommes). 
Le plus souvent, elle est diagnostiquée à l’âge adulte, mais la maladie peut également toucher les enfants ou les personnes âgées.

Le but principal du traitement de la maladie de Basedow consiste à supprimer la surproduction d’hormones thyroïdiennes et de soulager les symptômes, par exemple grâce à des médicaments inhibant la thyroïde.

Lorsque le traitement médicamenteux ne se montre pas efficace, ou en cas de rechute, il peut être nécessaire d’enlever la thyroïde (totalement ou partiellement) par une intervention chirurgicale, ou de la détruire par un traitement à l'iode radioactif.
 Dans les deux cas, afin de maintenir une concentration hormonale normale, le patient devra compenser l’absence de la thyroïde - et substituer les hormones thyroïdiennes - en prenant des comprimés.

 

Auteurs : Dorothee Gebele, Dr Nicolas Evrard.


publicité