publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Maladie de Crohn : Les anti-TNF

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. février 2015)

Depuis quelques années, sont apparus de nouveaux médicaments, les anti-TNF (biothérapie).
Si, avant eux, les traitements avaient pour principale ambition la diminution ou la disparition des symptômes cliniques de la maladie, les anti-TNF pourraient intervenir directement sur les lésions et modifier l'histoire naturelle de la maladie, et donc permettre des objectifs plus ambitieux.

Ils sont efficaces aussi bien en traitement d'attaque qu'en traitement d'entretien. Ils sont actifs sur les lésions intestinales de la maladie qu'ils sont capables de cicatriser rapidement, mais également sur les lésions ano-périnéales et extra-intestinales.

Deux anti-TNF alpha sont actuellement commercialisés en France. Il s'agit de l'infliximab et de l'adalimumab. Ils agissent en neutralisant une substance pro-inflammatoire, le TNF (tumoral necrosis factor).

Les anti-TNF alpha sont des médicaments produits pour bloquer l'action inflammatoire des cytokines TNF alpha, présentes en très grand nombre au cours des MICI, notamment en cas de poussée.

Ils permettent de lutter contre les réactions inflammatoires, notamment au cours de la maladie de Crohn.

La chirurgie

Une intervention chirurgicale peut être envisagée lorsque les autres traitements ne sont pas suffisants. En cas de fistule, par exemple, ou d'obstruction complète du tube digestif ou encore d' ulcère perforé. La chirurgie n'empêche pas l'évolution de la maladie, mais elle peut considérablement soulager le patient et parfois remettre les « compteurs à zéro ». La partie lésée peut être complètement retirée.

Tout dépend de la localisation des lésions. On opère lors de sténoses, d'abcès, de masses inflammatoires ou de fistules symptomatiques. Les lésions colorectales peuvent être traitées par colectomie segmentaire, c'est-à-dire avec l'ablation de la partie lésée du côlon.



publicité