publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Maladie de Raynaud : Le diagnostic

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. novembre 2014)

Pour établir un diagnostic de maladie de Raynaud, en plus de l'analyse des symptômes, le médecin s'intéressera à votre profession. Les personnes qui utilisent des engins vibrants (marteau piqueur, tronçonneuse) peuvent développer un phénomène de Raynaud voire une occlusion des artères des mains. Il s'agit alors d'une maladie professionnelle.

Dernière chose, le praticien se renseignera sur vos traitements. Certains médicaments, comme les bêtabloquants (pour traiter l' hypertension artérielle) favorisent le phénomène.

Il pratiquera ensuite un examen clinique pour confirmer son diagnostic. En particulier, il se livrera au test d'Allen pour vérifier que le spasme caractéristique de la maladie n'est pas dû, en réalité, à une artère défectueuse. Il s'agit de comprimer l'artère radiale et cubitale (au niveau du poignet) puis de demander au patient d'ouvrir et de fermer la main jusqu'à ce que celle-ci se décolore.

Le médecin relâche ensuite la pression et observe la “recoloration” de la main. Si l'un des doigts reste blanc et se recolore plus lentement que les autres, c'est le signe qu'une artère fonctionne mal.

Des examens complémentaires sont parfois nécessaires pour confirmer ou infirmer le diagnostic.
> Un bilan sanguin (prise de sang) : il permet de vérifier qu'il n'y a aucun signe d'inflammation. Sinon, cela peut être le signe d'une autre maladie comme la sclérodermie ou le lupus.
> La capillaroscopie : cet examen est pratiqué par un médecin vasculaire. Le spécialiste visualise au microscope les capillaires sanguins près du rebord de l' ongle. Il étudie leur nombre et leur forme. Dans le cas d'un phénomène de Raynaud, l'examen est normal. Au contraire, si le patient souffre d'une sclérodermie, les vaisseaux seront particulièrement volumineux.


publicité