publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Méningite de l'enfant : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. janvier 2011)

Traitement en cas de méningite d'origine virale

Lorsque la méningite est d'origine virale, le traitement antibiotique n’est pas nécessaire. Il peut même présenter plus d’inconvénients que d’avantages, dans la mesure où, utilisé trop fréquemment, il permet aux germes de devenir résistants. Les signes cliniques de la méningite virale disparaissent le plus souvent au bout de trois à huit jours. En attendant, la seule conduite à tenir est de surveiller la fièvre et à la faire baisser pour éviter les convulsions.

Traitement en cas de méningite d'origine bactérienne

Lorsque la méningite est d'origine bactérienne, un traitement antibiotique s’impose. Si, pendant des années, la pénicilline a été utilisée, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Pour la seule raison que les microbes s’y sont habitués et sont devenus résistants. Les médecins utilisent donc des céphalosporines de troisième génération, choisies en fonction des résultats de l’antibiogramme (qui permet de savoir quel antibiotique sera efficace sur quel germe grâce à la ponction lombaire).

La durée du traitement est d’une dizaine de jours (variable selon la bactérie retrouvée).

L'enfant doit être hospitalisé, le temps de son traitement pour une meilleure surveillance.

Toutes les personnes ayant été en contact avec l’enfant, doivent recevoir un traitement préventif. Un traitement antibiotique : rifampicine pendant deux jours, ou spiramycine pendant cinq jours. Dans certains cas, une vaccination peut être proposée.

Et les vaccins ?

La vaccination est possible contre certaines méningites, elle très efficace et sans effet secondaire. Tous les pays n’ont pas la même politique vaccinale. Les trois méningites bactériennes (Hémophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C) ont un vaccin préventif efficace.

La méningite à méningocoque C peut être évitée, et les cas de ces méningites peuvent reculer grâce à cette vaccination. C’est le seul moyen existant de prévenir cette maladie grave et parfois mortelle. En Angleterre, les autorités sanitaires ont mis en route une vaccination de masse qui a permis de réduire de 90% les infections à méningocoque C. A noter aussi que le vaccin contre la méningite B est désormais disponible en France. Il n'est cependant pas officiellement recommandé dans le calendrier vaccinal.

Le vaccin contre le méningoque C recommandé à partir de deux ans

En France, quatre types de vaccins existent contre le méningocoque :

  • le vaccin conjugué contre le méningocoque de sérogroupe C, aujourd'hui recommandé pour tous les enfants et les jeunes adultes par les autorités médicales. Cependant encore trop de d'enfants ou d'ados ne sont pas vaccinés.
  • le vaccin contre les méningocoques A + C
  • le vaccin tétravalent contre les méningocoques A, C, Y, W135 (dans les centres de vaccination seulement). Cette vaccination est obligatoire avant certains voyages.
  • le vaccin contre le méningocoque B est recommandé en France pour des populations ciblées : personnels de laboratoire de recherche, peronnes avec des facteurs de risque d’infection invasive à méningocoque, et encore des groupes de personnes en situations particulières (épidémies, grappes de cas…).

La vaccination est aussi le meilleur moyen de protéger les personnes qui ont été en contact avec un enfant atteint d’une méningite à méningocoque.





publicité