publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Méningite : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (25. novembre 2014)

Avant de mettre en place le traitement, la ponction lombaire doit être réalisée en urgence. La ponction lombaire est un geste simple, normalement non douloureux. Elle permet de recueillir du liquide céphalo-rachidien. Une petite anesthésie locale peut être faite avant l'introduction du trocart. Cet examen consiste à recueillir un peu de liquide céphalo-rachidien qui sera analysé en laboratoire (et rechercher l'agent infectieux en cause).

Si le liquide céphalo-rachidien est trouble, voire purulent, cela signe une infection bactérienne. Dans ce cas, il faut instaurer en urgence un traitement antibiotique qui sera adapté à la bactérie dès que les résultats de laboratoire seront connus. Un traitement par cortisone pourra être associé.

Si le liquide est clair et les signes cliniques non alarmants, la méningite est probablement d'origine virale. Dans ce cas, le traitement est seulement symptomatique, et les antibiotiques n'ont aucun intérêt.

En général, devant une suspicion de méningite, les laboratoires de l'hôpital sont véloces et les résultats des examens sont rapidement connus.

La méningite bactérienne à méningocoque est une maladie très contagieuse, à déclaration obligatoire.

Lorsqu'une méningite à méningocoque est diagnostiquée, des précautions sont à prendre auprès de l'entourage du malade. Il faut instaurer un traitement préventif chez les personnes qui ont été en contact direct avec le malade durant les 10 jours précédent la déclaration de la maladie. Un traitement antibiotique de courte durée est suffisant. Parfois une vaccination à plus grande échelle de l'entourage (école) est préconisée.


publicité