publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Ménopause précoce : Les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (23. juin 2014)

Les troubles de l'insuffisance ovarienne prématurée ou avant-coureurs de la ménopause précoce sont les mêmes que ceux de la pré-ménopause « normale ».

Il y a 2 types de symptômes qui doivent retenir l'attention :
1) Les cycles deviennent irréguliers : plus courts parfois, mais le plus souvent plus longs. Ils s'espacent de plus en plus (c'est la spanioménorrhée), avec des arrêts parfois de plusieurs mois.

2) Des bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes apparaissent.

Quand ces symptômes surviennent de façon assez précoce, c'est-à-dire avant quarante ans, il est conseillé d'aller consulté. Une prise de sang peut être prescrite pour analyser des dosages hormonaux.

Par une prise de sang : un dosage à deux reprises de la FSH (élévation significative) et de l'oestradiol (effondrement des taux).

Chez une femme jeune avec un désir de grossesse, lorsqu'on veut évaluer la réserve ovarienne, on peut doser l'inhibine B et l'AMH (hormone anti-mullerienne qui baisse) et faire une échographie pelvienne permettant de recenser le nombre de follicules antraux (ceux susceptibles d'ovuler).

En fonction des résultats, on saura s'il s'agit d'une entrée en période de pré-ménopause, une période très variable selon les femmes. Elle peut durer quelques mois ou plusieurs années (en moyenne 3 à 4 ans).

Précision : le diagnostic d'insuffisance ovarienne prématurée sous-entend que dans certains cas la fonction ovarienne peut « repartir », les règles peuvent revenir. Ce n'est pas fréquent, mais ce n'est pas exceptionnel non plus ; une ovulation, voire une grossesse peuvent survenir lors de certaines insuffisances ovariennes prématurées, surtout si la femme est jeune (moins de 35 ans).



publicité