publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Mycose vaginale : comment l'éviter

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. novembre 2015)

Certaines précautions peuvent être prises pour éviter la survenue d'une mycose vaginale. Il s'agit de petits conseils de base très pratiques qu'il est facile à appliquer :

  • Lors de la toilette intime, utilisez des savons doux, non parfumés, et éventuellement à pH neutre,
  • Lavez-vous 1 à 2 fois/ jour (pas plus) et évitez les lavages en profondeur,
  • Préférez la douche aux bains,
  • Après la toilette, séchez-vous soigneusement avec une serviette sèche,
  • Evitez les tenues trop serrées, et préférez les dessous en coton ou en matières naturelles,
  • Si vous avez tendance à être sensible aux mycoses, évitez les endroits chauds et humides (piscine, jacuzzi...).

Les (fausses) idées reçues

1 - Non, la mycose vaginale n'est pas due à un manque d'hygiène !

Bien au contraire ! Elle est plutôt liée à un excès d'hygiène, et à l'utilisation de produits trop astringents. Avoir une mycose n'est donc pas ‘sale', contrairement à l'idée qu'on s'en fait.

2 - Non, la mycose vaginale n'est pas une maladie sexuellement transmissible !

Comme il est dit plus haut, le champignon en cause est présent dans le corps à l'état naturel. Il n'est pas pathogène en soi, mais le devient en fonction du contexte local (modification de la flore vaginale). La mycose vaginale n'est donc pas contagieuse.

3 - Non, il n'y a pas de risque de stérilité !

La mycose vaginale peut être douloureuse et gênante, mais elle ne présente aucune complication grave. Elle n'atteint ni l'utérus, ni les trompes et ne peut donc aucunement provoquer une stérilité.

4 - Oui, la piscine peut provoquer une mycose vaginale.

Le chlore, et d'une façon générale les maillots mouillés provoquent un risque de macération et de développement des champignons.



publicité