publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La mycose vaginale

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. novembre 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

La mycose vaginale est une infection (très) courante de la zone intime des femmes, causée par des champignons.
Quel que soit votre âge, si vous vous sentez concernée, sachez que vous n'êtes pas la seule... Et malheureusement, ce problème survient (comme par hasard !) au moment le plus innoportun.

Environ 3 femmes sur 4 ont connu au moins un épisode de mycose vaginale au cours de leur vie. Rassurez-vous donc, les mycoses génitales peuvent arriver à tout le monde et ne sont d'aucune façon une honte. Cependant, encore trop d'idées reçues concernent ce trouble et renforcent le malaise de celles qui sont touchées.

Le champignon le plus fréquemment responsable (dans 80% des cas) porte le nom de Candida Albicans. C'est celui-là même qui provoque cette affection nommée candidose qui peut également se développer à d'autres endroits du corps (plis, bouche, ongle, etc.). Ce champignon a de particulier qu'il est présent à l'état naturel dans la flore vaginale, et vit en symbiose avec les bactéries protectrices qui en font partie.

Ces « gentilles » bactéries travaillent jour après jour à maintenir un environnement acide (pH autour de 5), qui agit comme un bouclier protecteur de cette zone si fragile. En effet, l'acidité naturelle de la zone intime empêche Candida, et d'autres micro-prédateurs, de coloniser de se propager. Mais lorsque le monde des « gentilles » bactéries se déséquilibre, leur rôle protecteur s'amoindrit et retentit sur le pH.

Ainsi, lorsque tout va bien et que l'équilibre de la flore protectrice est respecté, le champignon vit sa vie et n'embête personne... en tout cas pas vous. ! Mais si le milieu devient trop acide, les Candida albicans deviennent capables de proliférer, et peuvent ainsi causer cette malheureuse infection qu'est la mycose vaginale.
Dans ¾ des cas, la mycose touche à la fois la vulve (atteinte externe) et le vagin (atteinte interne). On parle alors de mycose vulvo-vaginale. Dans les cas où la mycose se répète au moins 4 fois par an, le diagnostic de mycose vulvo-vaginale récidivante sera évoqué.

Dans ce cas, le médecin vous posera des questions pour savoir si un ou plusieurs facteurs favorisent la répétition de ce genre de problème. La réalisation d'examens est parfois nécessaire pour le savoir...


publicité