publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Ovaires polykystiques - OPK : Et pour tomber enceinte ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. août 2014)

L'absence d'ovulation ou l'espacement de celle-ci, caractéristique des ovaires polykystiques, est responsable de troubles de la fertilité. Tout simplement parce qu'un ovule non libéré ne peut être fécondé.
Cependant, l'infertilité – la difficulté à tomber enceinte au delà d'un an de rapports sexuels réguliers sans contraception – n'est ni totale, ni irrémédiable. La grande majorité des femmes atteintes d'OPK parviennent à tomber enceinte avec ou sans aide médicale.

Ce qu'il faut savoir est que la fertilité est très variable d'une personne à l'autre, et pour une même personne, variant au rythme d'ovulations plus ou moins irrégulières. Les occasions ‘fécondantes' sont parfois plus fréquentes à certaines périodes, en particulier à l'arrêt de la pilule et après une perte de poids.

La première chose à faire pour potentialiser votre fertilité, c'est d'agir sur votre hygiène de vie. Une alimentation saine, de la relaxation (ou du yoga), la reprise d'une activité physique, la perte de poids (seulement en cas de surpoids), l'arrêt du tabac sont autant de moyens de favoriser votre fertilité naturelle.

Si, malgré ces conseils, la grossesse tarde à venir, plusieurs solutions se présentent :

> Pour booster vos cycles naturels (et donc l'ovulation !), et en normaliser la fréquence (soit tous les 28 jours), votre gynécologue peut vous prescrire de la dydrogestérone. Cet effet thérapeutique reste cependant discuté. Mais une prise régulière (tous les 3 à 6 mois) peut être indiquée afin d'éviter le risque d'hyperplasie ovarienne.

> La metformine, citée plus haut, améliore la fertilité en réduisant l'insulinorésistance. Son usage pendant la grossesse reste controversé, mais semble réduire le risque de complications obstétricales, plus fréquentes chez les femmes atteintes d'ovaires polykystiques.

> Dans les cas d'infertilité avérée, vous pourrez avoir recours à la Procréation Médicalement Assistée (PMA). La première ligne thérapeutique étant la stimulation médicamenteuse de l'ovulation (par Clomid®). Elle est très efficace et permet d'obtenir une grossesse dans près de 50% des cas, dont la majorité dans les 3 premiers cycles.

> Le drilling ovarien est une technique chirurgicale laparoscopique, indiquée chez les femmes résistantes à la stimulation médicamenteuse ovarienne.

> Si les traitements précédents échouent, ou si une infertilité masculine s'ajoute au cas féminin, c'est vers la fécondation in vitro qu'il faudra se tourner.



publicité