publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Paludisme : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (20. octobre 2014)

L'apparition d'une fièvre non expliquée dans les 3 mois d'un retour de voyage en pays endémique doit faire penser à une crise de paludisme et la considérer comme telle. Il faut demander en urgence un test dans un laboratoire. Si le test est négatif, il est nécessaire de le refaire 12 heures après.

Il ne faut pas retarder le début du traitement.

1 - Le traitement curatif

Le traitement de la crise ne doit pas être retardé. Il repose le plus souvent sur la quinine administrée par voie intraveineuse.

2- Le traitement préventif

Le traitement préventif est essentiel. Il existe deux manières de prévenir (empêcher l'apparition de la maladie) le paludisme :

> Éviter de se faire piquer.
Une façon évidente de se protéger, est de ne pas se faire piquer par les moustiques. Comment ? En couvrant toutes les parties du corps en particulier le soir et la nuit, en aspergeant les vêtements de répulsifs ainsi que les zones cutanées non protégées, et enfin, en utilisant des moustiquaires aspergées de produits anti-moustiques.

> Suivre un traitement préventif anti-paludéen.
Il faut aussi suivre un traitement préventif lors de déplacements en pays endémiques.

Les personnes qui tombent malades sont le plus souvent celles qui n'ont pas suivi de prophylaxie.

Il est nécessaire de se faire prescrire ces médicaments par un médecin ; en effet, les parasites deviennent de plus en plus résistants aux médicaments et les médecins sont les mieux placés pour prescrire le traitement le plus approprié. Ils reçoivent des cartes régulièrement mises à jour.

Le médecin choisira les médicaments en fonction de la zone de voyage, du genre de Plasmodium qui y sévit, de la durée du voyage, de l'âge du voyageur, des traitements éventuels en cours, d'une pathologie existante, d'une grossesse, etc.

Il vous dira quand démarrer le traitement préventif, à quel rythme, et la posologie des médicaments ; il faudra le prendre et le médecin dira jusqu'à quand il sera nécessaire de prolonger ce traitement pour une bonne prophylaxie.

Il vous expliquera aussi les effets secondaires éventuels et le bénéfice du traitement en comparaison avec les risques pris d'attraper un paludisme.

Il ne vaut mieux pas changer de stratégie de prévention pendant toute la durée du traitement.

Les médicaments antipaludéens sont efficaces la plupart du temps.

La chloroquine est parfois difficile à faire accepter pour les tous petits car elle est très amère.

Certains médicaments anti-paludéens sont contre-indiqués pendant la grossesse

Dans certaines parties du globe, en particulier dans certaines zones de l'Asie du Sud-Est, le paludisme est résistant à tout traitement. Il est conseillé de ne s'y rendre que pour de bonnes raisons.

A lire aussi : 
> La maladie à virus Zika
> La dengue
La fièvre Ebola


publicité