publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Paranoïa : La personnalité paranoïaque

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (15. septembre 2014)

La personnalité paranoïaque est composée de quatre traits principaux :

> L'hypertrophie du moi : cette surestimation de soi-même est au centre de la personnalité paranoïaque. Elle entraîne la mégalomanie, l'orgueil, le mépris des autres, la vanité parfois cachée derrière une fausse modestie superficielle.

> La psychorigidité : le paranoïaque est incapable de se remettre en cause, de se plier à une discipline collective. Il a toujours raison et est autoritaire. Cette inadaptation sociale fait qu'il finit souvent par s'isoler et privilégier les apprentissages autodidactes.

> La méfiance et la suspicion : le paranoïaque pense que les autres cherchent à le tromper car ils sont jaloux de sa supériorité. Il se sent en permanence entouré de personnes envieuses et malintentionnées. Du coup, il est susceptible et toujours sur ses gardes.

> La fausseté du jugement : le paranoïaque suit sa propre logique, laquelle est basée sur une série d'interprétations fausses mais dont il est absolument convaincu. Il cherche d'ailleurs souvent à imposer ses opinions de manière tyrannique et intolérante à ses proches.

Les traitements


L'évolution de ces délires est émaillée de moments paranoïaques très aigus où la possibilité d'un passage à l'acte contre autrui est à craindre.
On observe également des phases d'effondrement avec des dépressions qui peuvent être accompagnées d'idées suicidaires.
Un isolement social et affectif, plus ou moins important, est souvent la conséquence de ces interprétations délirantes.

Le traitement de ces délires est délicat. Toute la difficulté étant, pour le psychiatre, de susciter la confiance du sujet paranoïaque. D'autant qu'il faut le plus souvent du temps avant que le malade n'accepte de consulter. Cependant, lorsque ce dernier est agressif et devient menaçant pour son entourage, une hospitalisation sous contrainte est indiquée. Une hospitalisation simple, à la demande du patient, doit être favorisée mais est plus difficile à mettre en place.

Le traitement de la paranoïa repose sur l'association de médicaments (neuroleptiques) et d'une action psychothérapeutique. Le psychothérapeute doit être vigilent avec le malade. Le cadre de suivi, défini à l'avance, devra être strictement respecté, dans les règles de bienséance qui se doivent. Tout manquement étant susceptible de provoquer une interprétation délirante chez le paranoïaque.

Un traitement antidépresseur et/ou anxiolytique pourra également être associé si la paranoïa se complique d'une dépression ou d'une anxiété.


publicité