publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Péritonite : définition

Publié par : Dorothee Gebele (22. décembre 2015)

La définition d’une péritonite est simple. Elle correspond à une inflammation du péritoine (fine membrane présente dans l’abdomen qui entoure les organes digestifs). Cette inflammation est généralement d’origine infectieuse.

Selon la gravité, on distingue deux formes de péritonite :

  • la péritonite localisée (ou locale) : seule une zone délimitée du péritoine est enflammée,
  • la péritonite généralisée (ou diffuse) : l’inflammation s’est répandue dans toute la cavité abdominale.

Pour encore mieux définir ce qu’est une péritonite, une classification permet d’établir son origine et son évolution.

La classification des péritonites

Dans environ 95 % des cas, la péritonite est la conséquence d’une infection, le plus souvent par des bactéries. En fonction de la manière dont les bactéries se sont introduites dans l’abdomen, on distingue différentes formes de péritonite :

  • la péritonite primaire ou primitive (appelée aussi : péritonite spontanée ou idiopathique),
  • la péritonite secondaire,
  • la péritonite tertiaire.

La péritonite primaire :

La péritonite primaire est plutôt rare et concerne surtout les enfants. On parle de péritonite primaire lorsqu’aucune maladie ayant pu provoquer l’inflammation du péritoine n’est détectée dans l’abdomen, en fait on ne retrouve pas de cause précise (c’est pour cette raison que l’on parle de péritonite spontanée ou idiopatique). Les bactéries s’introduisent vraisemblablement dans la cavité abdominale via la circulation sanguine ou lymphatique.

Une forme particulière de la péritonite primaire est la péritonite spontanée bactérienne qui peut être provoquée par une ascite suite à une cirrhose du foie (cirrhose hépatique).

La péritonite secondaire :

La péritonite secondaire est de loin la forme de péritonite la plus répandue. Le plus souvent elle est provoquée par la perforation d’une petite partie de la paroi de l'estomac ou de l'intestin suite à une maladie, par exemple une appendicite. Les bactéries de l’organe infecté se répandent dans la cavité abdominale, transmettant ainsi l’inflammation au péritoine.

Mais la péritonite n’a pas forcément des origines internes : des lésions provenant de l’extérieur – par exemple par un coup de couteau – peuvent également provoquer l’introduction de bactéries dans l’abdomen et, par conséquent, l’inflammation de la cavité abdominale.

La péritonite post-opératoire fait également partie des péritonites dites secondaires. Comme son nom l’indique, la péritonite survient alors après une intervention chirurgicale, par exemple en cas de rupture de la cicatrice après une opération intestinale.

La péritonite tertiaire :

On parle de péritonite tertiaire lorsque la péritonite persiste et évolue. Elle peut se développer chez des personnes souffrant d’une immunodéficience, comme une infection par le VIH, une immunosuppression (inhibition du système immunitaire), ou en présence d’une maladie concomitante grave.

Dans des cas très rares, la péritonite ne résulte pas d’une infection, mais l’inflammation et l’irritation du péritoine sont provoquées par des substances chimiques toxiques, comme la bile, l’urine ou des substances de contraste radiologiques… qui s’introduisent dans la cavité abdominale après la lésion d’un organe.


publicité