publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Personnalité borderline : l’évolution

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. août 2014)

L'évolution de la personnalité borderline est très variable, avec une tendance générale à la résolution spontanée des symptômes, une fois passé l'âge adulte.
En effet, même si la personnalité borderline est un trouble durable, elle peut évoluer positivement au fur et à mesure du travail psychique et des expériences positives de vie.

1 - Les maladies associées

Même si le trouble est propice à s'arranger avec le temps, la fragilité identitaire de ces personnes favorise le développement d'autres maladies psychiques comme les troubles de l'humeur (trouble bipolaire, dépression, etc.), les troubles du comportement alimentaire (surtout la boulimie), les troubles anxieux, ou encore les addictions. A titre d'exemple, on a estimé dans une étude qu'environ 3/4 des patients borderline suivis présentaient un trouble de l'humeur.

2 - La mise en danger

La gravité de cette pathologie réside dans les conduites à risque dont l'issue peut être fatale. Outre les conséquences financières, sociales (difficulté à s'adapter au monde professionnel, etc.) et sanitaires (risque de grossesse non désirée, de MST, d'accidents de la route, etc.) fréquentes, le risque suicidaire représente la pire menace de cette maladie, d'autant plus qu'il est associé à une forte impulsivité.

L'évolution de la personnalité borderline peut ainsi être marquée de tentatives de suicide. Quant au suicide réussi, il est estimé à 10%. Néanmoins, ces cas les plus graves ne sont pas majoritaires. Une grande proportion de personnes borderline parvient à vivre ‘normalement' avec une bonne adaptation socio-professionnelle.

3 - Un suivi parfois difficile

Si le suivi psychothérapique est essentiel pour l'amélioration du vécu de la personne et de son adaptation sociale, il est parfois difficile à mettre en place et à maintenir.
Tout comme la personne borderline a du mal à entretenir une stabilité relationnelle et personnelle, elle peut être très réticente à amorcer et à poursuivre la relation thérapeutique.

Les ruptures de suivi et les changements de thérapeute ne sont pas rares. Le cadre, voire le contrat de soins, établi avec le psy, est essentiel pour éviter cet écueil. L'évolution de la personnalité borderline en dépend...

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans notre FORUM Psychologie !


publicité