publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le phéochromocytome

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (03. décembre 2014)

© Jupiterimages/Hemera

Le phéochromocytome est une tumeur rare de la glande surrénale. Sa prévalence est encore mal connue et sans doute sous-estimée. Selon le docteur Laurence Amar, maître de conférence universitaire et praticien hospitalier dans l'unité d' Hypertension Artérielle du Pr Plouin de l'Hôpital Européen Georges Pompidou, et qui a participé à la rédaction de cet article, un phéochromocytome se retrouverait chez 0,1% des patients hypertendus. On peut également dire que le phéochromocytome représente 4% des nodules de la surrénale.

Depuis quinze ans, les progrès de la génétique ont permis de bien améliorer la connaissance de cette maladie et par conséquent la prise en charge, le traitement et le suivi des patients.

Le phéochromocytome est une mutation des cellules des glandes surrénales (situées sur les reins). Le rôle de ces cellules, appelées cellules chromaffines, est de produire des hormones : adrénaline, noradrénaline et dopamine. Pour une raison inexpliquée, les cellules chromaffines se transforment en phéochromocytome. La production de ces hormones devient alors très aléatoire : au lieu d'être secrétées à bon escient, pour répondre par exemple à un stress, elles le sont de manière imprévisible, à l'occasion d'une émotion, de certains mouvements... ou à l'occasion d'un repas.

La taille moyenne d'un phéochromocytome est de 5 cm (entre 3 et 8 cm). Une opération chirurgicales est le seul traitement, le plus souvent par voie coelioscopique quand la taille de la tumeur le permet.


publicité