publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La phobie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (06. octobre 2014)

Historiquement, les phobies appartiennent au groupe des névroses. Au sens Freudien, le terme de névrose désigne une maladie de la personnalité expliquée par des facteurs essentiellement psychologiques. Dans les névroses, à la différence des psychoses, le sujet n'a pas perdu le contact avec la réalité et a conscience de souffrir d'un trouble psychologique. Mais il n'arrive pas à contrôler ses angoisses.

Les phobies sont des crises d'angoisses déclenchées par la présence d'un objet ou d'une situation spécifiques, lesquels ne présentent pas de caractère objectivement dangereux.

Pour éviter l'angoisse, le sujet va développer des comportements dits « contraphobiques », comme :

- Évitement de l'objet ou de la situation phobique.

- Tentative de réassurance à l'aide de personnes ou d'objets « contraphobiques » qui permettent en leur présence d'affronter la situation phobique sans angoisse (exemple : présence d'une amie ou d'un petit objet fétiche pour aller au cinéma en cas de claustrophobie).

- Conduite de fuite en avant, donnant lieu à un affrontement délibéré du danger redouté, à une attitude de bravade, de défi (exemple : saut en élastique alors que le sujet a une phobie du vide).

Lorsque les phobies sont peu sévères, les thérapies cognitivo-comportementales peuvent permettre de les traiter. Le patient peut également, s'il le souhaite, essayer de mieux comprendre l'origine de ses angoisses au travers une thérapie d'inspiration analytique. À noter que certains thérapeutes allient ces deux compétences.


publicité