publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Pleurésie : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. décembre 2014)

Les causes d'une pleurésie peuvent être établies en fonction des symptômes dont souffre le patient, mais aussi en fonction de l'analyse qui est faite du liquide contenu dans la plèvre.

Deux grands types de liquide pleural sont définis en fonction du dosage des protéines présentes dans le liquide : les transsudats et les exsudats.

> On parle de transsudat lorsque les protéines sont en faible quantité (inférieur à 25 g/l).
Il s'agit d'une pleurésie à liquide clair (pauvre en protéines et en cellules). Elle apparaît lorsqu'il y a un déséquilibre de pression entre plusieurs compartiments, ce qui entraîne un déplacement de liquide. Par exemple, la principale cause du transsudat est l' insuffisance cardiaque. L'augmentation de la pression vasculaire (dite hydrostatique), liée à l'insuffisance cardiaque, va induire un épanchement pleural.

Insuffisances hépatique et rénale peuvent également être la cause d'un transsudat.

> On parle d'exsudat lorsque les protéines sont en grande quantité (supérieur à 35 g/l).
Un exsudat a pour origine une agression inflammatoire de la plèvre. Les causes sont variées.

En France, la principale cause est celle des pleurésies malignes. Elles sont souvent dues à des métastases (c'est-à-dire à une tumeur cancéreuse qui se propage). En fait, ces métastases se développent au niveau de la plèvre : de petits nodules tumoraux sécrètent alors du liquide, ce qui provoque la pleurésie. Le liquide en question est séro-hématique. Il peut aussi avoir un aspect jaunâtre s'il est riche en fibrine, une protéine impliquée dans la coagulation sanguine.

Chez les hommes, il s'agit le plus souvent d'un cancer du poumon, et chez les femmes d'un cancer du sein. Les cancers de l' oesophage et du côlon, les mésothéliomes malins (tumeur primitive liée à l'exposition à l' amiante) et d'autres tumeurs malignes, peuvent aussi en être la cause.

Des pathologies malignes hématologiques ( lymphomes hodgkinien ou non par exemple) peuvent également entraîner une pleurésie. La pleurésie est alors généralement chyleuse.

Une pleurésie exsudative peut également avoir une origine infectieuse, comme dans le cas d'une pneumonie ou de la tuberculose. En cas de pleurésie infectieuse non tuberculeuse, le liquide est en général clair et peu abondant au départ, mais il peut devenir purulent si la pleurésie n'est pas prise en charge rapidement. Des infections virales peuvent également entraîner une pleurésie, souvent peu abondante et parfois associée à une péricardite (inflammation des feuillets qui entoure le coeur).

D'autres causes de pleurésies exsudatives existent mais sont plus rares : embolie pulmonaire, polyarthrite rhumatoïde, lupus, etc. Parfois, une pleurésie peut aussi survenir après un traumatisme comme un accident de voiture ou à la suite d'une exposition à l'amiante. Encore plus rare, la pleurésie peut être induite par certains médicaments tels que des antibiotiques.

> Lorsque la quantité de protéines est intermédiaire (entre 25 et 35 g/l), le diagnostic est plus délicat.

Il peut soit s'agir d'un transsudat soit d'un exsudat. Des analyses supplémentaires (selon les critères de Light) permettent de déterminer le type de pleurésie grâce aux mesures des rapports entre les taux de protéines et de LDH de la plèvre et du sérum.

Les principales pleurésies sont les pleurésies malignes et celles dues aux insuffisances cardiaques. A l'échelle mondiale, la cause principale de pleurésie exsudative reste la tuberculose. Cependant, dans des pays comme la France, elle n'est pas majoritaire.

Voir aussi cette vidéo sur la pleurésie :

Appareil respiratoire


publicité