publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Polyarthrite rhumatoïde : Les examens

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. décembre 2014)

En présence des signes évoquant une polyarthrite rhumatoïde, le médecin prescrira une série d'examens qui permettront de diagnostiquer la maladie. Plus tôt elle est dépistée et prise en charge, plus les traitements seront efficaces.

> Une prise de sang : la mesure de la VS ( Vitesse de sédimentation) et de la CRP (Protéine C réactive) apportent déjà des premières informations. Toutefois, ces facteurs augmentant dans le cadre d'une inflammation, ils ne suffisent pas à poser le diagnostic. Leur surveillance est cependant utile dans le cadre d'une polyarthrite rhumatoïde (PR) avérée.

Pour confirmer une PR, un dosage du facteur rhumatoïde mis en évidence par les techniques de latex et de Waaler-Rose était souvent utilisé. Cette technique, toujours utilisée, est systématiquement associée au dosage des anticorps anti-CCP, beaucoup plus sensible notamment en tout début de maladie (ces anticorps sont présents chez 70 % des patients), et ces anticorps sont surtout très spécifiques de la maladie (leur présence est associée à la maladie dans plus de 95 % des cas).

> L' IRM permet de déceler très tôt dans la polyarthrite rhumatoïde la présence d'une inflammation articulaire, ou d'anomalies osseuses qui annoncent la survenue d'érosions.

> L'échographie faite dès les premiers symptômes, permet de voir des signes d'inflammation de la membrane synoviale et peut aider à la confirmation d'un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde.

> La radiographie se révèle être d'un grand intérêt dans l'évolution de la maladie. En effet, les atteintes articulaires ne commencent à se voir à la radio que dans les 6 mois à 1 an après les premiers symptômes, parfois plus tard.

> Des examens permettent d'éliminer d'autres pathologies : explorations minimales (taux de Créatine, hémogramme, transaminases, bandelette urinaire, anticorps antinucléaires, radiographie du thorax...).


publicité