publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Polyarthrite rhumatoïde : Les infiltrations

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. décembre 2014)

Les médecins peuvent proposer d'injecter dans une articulation particulièrement douloureuse et gonflée de la cortisone (on parle d'infiltration) ou d'autres substances comme des produits faiblement radioactifs qui « grillent » la synoviale (synoviorthèse).

Cette dernière solution vient en complément d'un traitement de fond pour traiter des articulations réfractaires au traitement. Ces injections sont plus rarement proposées qu'autrefois depuis l'utilisation de nouveaux médicaments (biothérapies).

Les injections ne doivent pas dépasser plus de 3 à 4 fois par an pour chaque articulation. Un repos de 24 à 48 heures est nécessaire pour laisser au produit le temps d'agir et ne pas solliciter l'articulation.

Si à l'issue des injections, la douleur augmente ou apparaît une fièvre, il faut contacter son médecin traitant.

Rééducation et ergothérapie


La polyarthrite peut handicaper dans la vie de tous les jours en rendant les gestes les plus simples très pénibles. Ouvrir une conserve, une bouteille, prendre un objet, deviennent des actes difficiles à cause de la douleur.

Certains aménagements médicaux ou d'ordre pratique au domicile peuvent faciliter la vie d'une personne souffrant de polyarthrite. Des ustensiles sont vendus dans le commerce, comme dans des magasins d'équipements médicaux.

Quand on souffre de polyarthrite rhumatoïde, il est aussi recommandé de recevoir des soins de rééducation fonctionnelle pour éviter les ankyloses articulaires et pour bénéficier d'appareillages : des orthèses (sortes de coques pour, par exemple, mettre au repos mains et poignets la nuit).

Les conseils d'un ergothérapeute sont importants pour apprendre à faire les gestes indispensables de la vie quotidienne, tout en épargnant les articulations. L'ergothérapeute exerce le plus souvent à l'hôpital ou en clinique. En cas de douleurs aux pieds, de problèmes de chaussage, on conseille de consulter un podologue connaissant bien la polyarthrite rhumatoïde.


publicité