publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Polyarthrite rhumatoïde : opération chirurgicale et infiltration

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (16. février 2017)

Les infiltrations

Les médecins peuvent proposer d'injecter dans une articulation particulièrement douloureuse et gonflée de la cortisone (on parle d'infiltration) ou d'autres substances comme des produits faiblement radioactifs qui « détruisent » la synoviale (synoviorthèse).

Cette dernière solution vient en complément d'un traitement de fond pour traiter des articulations réfractaires au traitement. Ces injections sont plus rarement proposées qu'autrefois depuis l'utilisation de nouveaux médicaments (biothérapies).

Les injections ne doivent pas dépasser plus de 3 à 4 fois par an pour chaque articulation. Un repos de 24 à 48 heures est nécessaire pour laisser au produit le temps d'agir et ne pas solliciter l'articulation.

Si à l'issue des injections, la douleur augmente ou apparaît une fièvre, il faut contacter son médecin traitant.

Dans certains cas de destruction articulaire importante ou d'handicap fonctionnel majeur liés à la polyarthrite rhumatoïde, une opération chirurgicale est envisagée.

Les opérations

Cette décision est prise par plusieurs praticiens, et bien entendu le patient lui-même : le rhumatologue, le chirurgien orthopédiste, le radiologue et le rééducateur fonctionnel. Il faut savoir que l'intervention chirurgicale faite précocement, avant une atteinte ou une destruction définitive des articulations, sera moins invasive. Cette opération peut également réduire les douleurs et permettre au patient de bénéficier d'une meilleure qualité de vie.

Plusieurs types d'interventions chirurgicales sont possibles, et peuvent concerner plusieurs zones :

La synovectomie :

la synovite qui est l'inflammation des membranes tapissant les capsules des articulations, est très douloureuse. Si la prise des médicaments ne calme pas la synovite, son ablation est envisagée. Cette intervention se fait sous anesthésie locale, et le patient peut quitter l'hôpital dans la journée. Il n'est plus utile de faire une grande incision avec un scalpel. Une ou deux petites incisions suffisent à introduire une mini-caméra et des instruments miniatures. Une rééducation fonctionnelle est ensuite mise en place.

L'arthroplastie

L'arthroplastie (avec ou sans remplacement par une prothèse) : le chirurgien permet de rétablir la mobilité d'une articulation. Lorsque les articulations des hanches et/ou du genou/épaule/coude/cheville sont touchées et que la personne a vraiment du mal à se déplacer, l'équipe médicale propose alors leur remplacement par des prothèses.

L'arthrodèse

L'arthrodèse : il s'agit de l'immobilisation de l'articulation par chirurgie qui peut être proposée dans le cas où aucune autre solution n'est satisfaisante. En bloquant l'articulation, la douleur diminue. Cette opération est plus volontiers proposée sur les petites articulations.

On pratique de moins en moins souvent d'opérations chirurgicales chez les patients souffrant d'une polyarthrite rhumatoïde, du fait de l'efficacité des nouvelles stratégies thérapeutiques médicamenteuses. Les synovectomies ne se font quasiment plus, les arthrodèses et arthroplasties sont en constant recul.

A voir : notre vidéo sur la prothèse du genou

Le remplacement du genou par une prothèse (arthroplastie du genou) peut être nécessaire quand l'articulation est usée, en partie détruite rendant le quotidien du patient difficile. Explications en images.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Rhumatismes et Arthrose ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> L'arthroplastie discale avec prothèse (VIDEO)
> L'anesthésie générale
> Opération de l'hallux valgus
> Prothèse genou
> Chirurgie : la prothèse de hanche


publicité