publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Pré-éclampsie : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (26. novembre 2014)

Les traitements d'une pré-éclampsie dépendent du terme de la grossesse et une hospitalisation est systématique. Ne serait-ce que pour faire un bilan.

> Si la pré-éclampsie apparaît proche de la date prévue d'accouchement (DPA), il est proposé de déclencher l'accouchement. Parfois, c'est une césarienne qui est proposée, car la pré-éclampsie peut s'aggraver en éclampsie au cours du travail de l'accouchement.

> Si la date prévue d'accouchement est encore loin, et si les états de santé de la mère et de l'enfant le permettent, le médecin prescrira des médicaments antihypertenseurs. Le médecin préconisera un repos complet, avec une surveillance stricte de la tension artérielle, du taux de protéines dans les urines et de différentes constantes biologiques.

La surveillance de la tension artérielle (TA) et du bien-être foetal (monitoring), sera réalisée plusieurs fois par jour. La patiente sera aussi pesée tous les jours. A noter que si l'accouchement est la seule issue pour sauver la mère et l'enfant, et si la date prévue d'accouchement est loin, une injection de corticoïde est faite pour amener les poumons du foetus à maturation.

Il arrive que le gynécologue obstétricien prescrive de l'aspirine à faible dose pour prévenir une pré-éclampsie chez les femmes considérées comme à risque. Attention cependant de ne jamais prendre d'aspirine quand on est enceinte (sans l'avis d'un médecin) !


publicité