publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Psychose maniaco-dépressive : le témoignage d'un patient

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (06. octobre 2010)

Manuel, 32 ans, raconte toutes ses difficultés pour sortir de la maladie, dans son témoignage...

Vous allez bien, maintenant. Mais vous êtes passé par des moments difficiles. Raconte- nous...

J’ai eu mon premier problème quand j’étais encore étudiant en économie. J’étais en dernière année. Au moment des examens, j’ai eu une période d’enfer. Je me sentais le roi du pétrole. Je bossais comme un malade. Je dormais deux heures par nuit et j’avais une pêche incroyable. Je travaillais, je faisais la fête, c’était la folie.

J’avais une activité sexuelle démente ! J’avais envie de draguer toutes les filles. C’est là que j’ai rencontré ma femme. Je ne sais pas comment j’ai fait, mais en quinze jours, elle était d’accord pour se marier avec moi. On avait des tas de projets. Cela partait dans tous les sens. Je voulais partir aux Etats-Unis, monter ma boîte. Enfin, tout était bien. On s’est mariés. J’ai passé mes examens. Je les ai ratés. On est partis aux Etats-Unis. Je ne savais pas trop où aller, mais je m’en foutais. Je me sentais capable de manger le monde.

Résultat, je me suis retrouvé en quelques mois, sans un sou. Et ma femme est partie, épuisée. Elle est rentrée chez ses parents. Moi aussi, je suis rentré. Et là, grosse déprime. Je me sentais nul. Incapable. Fichu... Je me suis jeté par la fenêtre.
Heureusement, je m’en suis sorti avec quelques fractures. Et à l’hôpital, j’ai rencontré un psy qui s’est tout de suite douté de mon problème.

Vous avez donc pu suivre un traitement ?

Oui. J’ai eu un traitement à prendre. Mais en fait, ça me cassait les pieds. Je n’en voyais pas trop l’intérêt. D’autant, qu’après ça, je me sentais plutôt bien. Je m’en étais sorti.

Alors, je faisais croire au médecin que je prenais mon traitement. Mais, en fait, je ne le prenais pas régulièrement. Et, de nouveau, je me suis senti très mal. J’avais envie de me jeter de nouveau par la fenêtre. Ou de me pendre. J’ai rappelé mon psy.

Qu'avez-vous dit à votre psy ?

Je lui ai raconté ce que je ressentais. Il m’a reçu tout de suite. En fait, c’est là que j’ai compris que j’avais une responsabilité. Enfin, pas dès le premier jour. Mais, je ne sais pas, il a trouvé les mots. Il a réussi à me responsabiliser. Alors, non seulement je prends mon traitement, régulièrement, mais j’ai suivi des séances de psycho-éducation.

Et les résultats ?

Cela me permet de rester maître de la situation. Je me dis que la psychose maniaco-dépressive est une maladie comme une autre. Il faut faire attention, c’est tout. Ma femme est revenue vivre avec moi après ma tentative de suicide. Je pense qu’elle a dû se sentir un peu coupable. Elle a suivi les séances de psycho-éducation avec moi. Et depuis, elle est super attentive. Tous les matins, quand je me réveille, elle fait comme une sorte de baromètre. Elle surveille le niveau de mon humeur. Bon, gentiment. On en rigole ensemble.

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans notre FORUM Psychologie !



publicité