publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Psychose maniaco-dépressive : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (06. octobre 2010)

Le traitement de référence des troubles bipolaires est le lithium. C’est la molécule la plus efficace pour traiter ou pour prévenir la récidive de troubles bipolaires.

Il agit en modifiant l’équilibre de certaines substances chimiques existant naturellement dans le cerveau.

Actuellement, les traitements médicamenteux sont de trois types :

  • Le lithium réduit considérablement les risques de passage à l’acte et notamment de suicide.
  • Les anticonvulsivants indiqués dans le traitement des états mixtes et les cycles rapides c'est-à-dire lorsque les phases maniaques et dépressives se succèdent plusieurs fois dans une même année.
  • Les antipsychotiques atypiques prescrits dans le cas de personnalités complexes, en particulier pour réguler l’humeur.

En plus des traitements médicamenteux, une psychothérapie est conseillée.
Les thérapies comportementales et cognitives sont efficaces notamment pour apprendre à mieux gérer les symptômes résiduels de la maladie.

La psycho-éducation

Lorsque la psychose maniaco-dépressive a été diagnostiquée, il est fondamental que le patient et son entourage s’impliquent dans le traitement.

Pour cela, il est essentiel de bien en connaître tous les signes. Sans une vigilance permanente, les risques de rechute sont possibles. Même si l’on peut très bien vivre avec un trouble bipolaire, il ne faut jamais l’oublier.
Et même s’il ne s’agit pas de mettre le patient sous une bulle et s’il est nécessaire, au contraire, de vivre normalement, la surveillance est cependant indispensable. Pour ce suivi particulier, a été créée la psycho-éducation.

Partage d'informations

La psycho-éducation, c’est une thérapeutique basée sur un partage d’informations : des informations complètes sur la maladie, tant pour le patient lui-même que pour sa famille. Les premiers signes d’une rechute éventuelle doivent mettre en alerte. Pour cela, il faut savoir les reconnaître.

Des sessions de psycho-éducation existent dans les établissements spécialisés, des sessions personnalisées ou en groupe, avec les proches ou seul, dont l’objectif est l’information. Cela permet au patient de prendre en charge le suivi de sa maladie.

Concrètement, le patient va pouvoir évaluer lui-même le niveau de son humeur et en suivre l’évolution. Il va surveiller la qualité de son sommeil, le nombre d’heures de sommeil, notamment. Il va apprendre à se surveiller, afin de pouvoir éviter les rechutes éventuelles.
Même si la psycho-éducation ne peut en aucun cas se substituer aux traitements classiques médicamenteux ou de psychothérapies, elle apporte un complément fondamental pour éviter les rechutes

Une bonne hygiène de vie

Une fois la maladie équilibrée par les médicaments et la psychothérapie, une bonne hygiène de vie est le premier traitement à respecter, dans le cas de psychose maniaco-dépressive.

Il ne s’agit pas de ne plus jamais boire une goutte d’alcool, ni de ne plus faire la fête. Il s’agit de faire toujours attention à le faire dans la modération.

Toute prise de toxiques peut entraîner une rechute ou une décompensation : l’alcool, le cannabis ou toute autre drogue.

Une vie régulière, avec des horaires réguliers, est la meilleure parade à la récidive. Tout cela, sans dramatisation. Il en est du suivi des troubles bipolaires, comme il en est d’autres maladies chroniques, comme le diabète ou l’ hypertension artérielle.

Une surveillance est nécessaire même quand tout va bien. Quand la maladie est équilibrée et qu’elle ne gêne plus la patient, c’est là qu’il est nécessaire de ne pas l’oublier et de ne pas négliger ses traitements

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans notre FORUM Psychologie !



publicité