publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Psychose : les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. décembre 2014)

Les symptômes différent en fonction du type de psychose qui affecte la patient.

1 - La schizophrénie

La schizophrénie est une forme de psychose qui débute, généralement, chez le jeune adulte. Mais on peut parfois en deviner les premiers symptômes dès l'enfance. On considère que 1% de la population est concerné par ce trouble mental.

La maladie se traduit par un bouleversement de la personnalité (un jeune calme, d'ordinaire, qui devient agité, ou l'inverse, par exemple), par des réactions inappropriées (une grande indifférence), par un mutisme soudain et bien souvent par une forte phobie sociale.

Pour les personnes schizophrènes, on parle d'une personnalité "morcelée". En fait, la personne peut avoir du mal à intégrer son corps d'adulte. Elle n'a pas conscience des limites de son propre corps. Tout fait partie d'elle, le paysage, l'entourage, les arbres, les murs, etc. Un exemple : une personne schizophrène atteinte d'un délire sur la nature peut s'assimiler aux feuilles des arbres et, lorsque celles-ci tombent, se mettre à hurler. Mais elle peut, dans le même temps, développer un savoir considérable en botanique : un moyen, pour elle, de s'approprier son corps différemment.

2 - Les délires chroniques

Il existe plusieurs types de délires chroniques, définis en fonction de leurs symptômes. En voici deux d'entre eux : les psychoses hallucinatoires chroniques, et les délires paranoïaques.

Les psychoses hallucinatoires chroniques

Les psychoses hallucinatoires (hallucinations) touchent plutôt les personnes âgées (les femmes, souvent). Les PHC se traduisent par la perception de quelque chose qui n'existe pas dans la réalité. Les cinq sens sont touchés. La personne peut souffrir de ces symptômes :

  • hallucinations visuelles (elle voit des images qui n'existent pas dans la réalité),
  • hallucinations auditives (elle entend des voix ou une musique dans sa tête),
  • hallucinations tactiles (elle sent qu'on la touche),
  • hallucinations olfactives (elle sent des odeurs provenant de chez des voisins qui la persécutent, par exemple), ou
  • hallucinations gustatives (on a mis quelque chose dans sa nourriture).

Il s'agit d'une forme de psychose très invalidante : la personne a tendance à se cloîtrer chez elle.

Les délires paranoïaques

En fonction des symptômes, on classe les délires paranoïaques en trois grands types : les érotomanies ; les délires passionnels ; le délires en réseau.

Comme dans toutes les psychoses, le premier symptôme de la maladie est l'apparition d'un délire. Délire amoureux (érotomanies), délire passionnel (jalousie) ou délire en réseau, dans tous les cas, il s'agit de délires d'interprétation. Un ou plusieurs domaines de la vie quotidienne sont interprétés, en fonction du délire. Le malade paranoïaque est souvent très convaincant, et parvient à persuader son entourage (parfois même son médecin) qu'il est effectivement victime d'un complot.

- L'érotomanie : Un érotomane, c'est quelqu'un qui se croit aimé d'une personne, qui, la plupart du temps, ne le connaît même pas. Il s'agit bien souvent de femmes qui font une fixation sur un médecin ou une vedette, le suivent, interprètent tous ses gestes comme autant de signes qui lui sont adressés à elle. Les personnalités, les vedettes, les journalistes, les médecins, toutes les personnes en contact avec le public, peuvent, un jour, rencontrer un ou une érotomane.

- Les délires de jalousie : C'est le délire passionnel. Le malade (délirant) se croit trompé par sa compagne. Il cherche des preuves de la tromperie et interprète tous les gestes comme autant de signes de la trahison imaginaire. Il devient le bourreau, le persécuteur.

- Les délires en réseau : Le délire se fixe sur un aspect de la vie du malade. Il peut s'agir d'une revendication judiciaire, dans un procès sans fin, d'une revendication après une découverte (imaginaire) qui ne serait pas reconnue, d'une revendication sur la santé, si le malade estime ne pas être soigné correctement de sa maladie (imaginaire) ou une revendication métaphysique, avec la construction de système politique ou religieux (délirants).

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Psychologie ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Phobie : cette peur irrationnelle
> Trouble anxieux : un mal sous-estimé
> Le trouble bipolaire



publicité