publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Rectocolite hémorragique (RCH) : Evolution et complications

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (18. novembre 2014)

La rectocolite hémorragique (RCH) se manifeste généralement par des poussées récurrentes avec des intervalles de rémission complète. Quelques patients présentent une poussée de RCH et n'entendent plus parler de la maladie pendant des années. Mais la plupart présentent des poussées inflammatoires plus ou moins importantes entrecoupées de périodes de rémission plus ou moins longues.

Quelques poussées de rectocolite hémorragique sont sévères et les risques de perforation intestinale sont une indication opératoire, les hémorragies sont possibles mais rares.
Il peut se créer des fistules coliques ou anales c'est-à-dire une communication entre le colon et la peau. Une infection des lésions peut provoquer une septicémie c'est-à-dire une infection généralisée.

Les lésions de RCH peuvent être responsables d'une sténose du colon (rétrécissement de la lumière colique).

Des rectocolites hémorragiques qui évoluent depuis longtemps peuvent se cancériser. La RCH est un facteur de risque du cancer du côlon et le risque est d'autant plus important que la maladie est ancienne et étendue.

Le mégacolon toxique est dû à une paralysie de la paroi musculaire du colon par atteinte neurologique ; la paralysie entraîne une dilatation du colon et le risque de perforation est grand.
La surveillance d'une rectocolite hémorragique repose essentiellement sur des coloscopies régulières, accompagnées de biopsies (micro-prélèvements) un peu partout sur le colon.

Cependant, ces examens sont lourds, aussi bien pour le patient que pour le médecin gastro-entérologue. Au final, on sait que les prélèvements chez les patients ne sont effectués que dans 20% des cas.



publicité