publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Rectocolite hémorragique (RCH) : Le diagnostic

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (18. novembre 2014)

Le premier examen à effectuer face à des saignements, pour faire un diagnostic de la rectocolite, est l'anuscopie et la rectoscopie qui sont réalisées au cabinet du médecin spécialiste et qui permettent de suspecter la maladie.

La coloscopie est indispensable pour faire le diagnostic et préciser l'étendue de l'atteinte. L'examen s'effectue généralement sous anesthésie générale, en ambulatoire. Vous entrez à l'hôpital ou à la clinique, à jeun, le matin ou l'après-midi, et vous en ressortez dès que vous êtes réveillé, le jour même.

La coloscopie nécessite une préparation. Vous devez prendre, la veille de l'examen et parfois le matin en fonction de l'heure de votre rendez-vous, des laxatifs (liquide à boire) que vous aura prescrits votre médecin. Votre intestin, ainsi parfaitement propre, permettra au spécialiste de visualiser sur un écran, l'intérieur de votre gros intestin, et de déceler les éventuelles lésions.
Un tube souple (endoscope) est introduit par l'anus, dans le rectum puis dans le côlon, et au besoin dans la partie terminale de l'intestin grêle. Dans le même temps, des prélèvements de muqueuse (des biopsies) sont effectués pour le diagnostic.

Ces prélèvements seront adressés dans un laboratoire d'analyses. Cependant, il peut arriver que ces analyses effectuées lors d'une première poussée de la maladie, ne permettent pas d'établir un diagnostic sûr entre une RCH et une maladie de Crohn.

C'est alors l'évolution de la maladie qui permettra de trancher.



publicité