publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Rectocolite hémorragique (RCH) : Les médicaments anti-TNF alpha

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (18. novembre 2014)

C'est un progrès important de ces dernières années, aussi bien dans le cas de la maladie de Crohn que dans les rectocolites hémorragiques RCH.

La TNF alpha fait partie d'un groupe de plusieurs cytokines. Elles sont des substances sécrétées par le système immunitaire, au moment d'une infection. Or il se trouve que pour certaines maladies, ces TNF alpha sont produites en trop grande quantité favorisant une inflammation chronique.

C'est le principe de la maladie auto-immune : l'organisme, reconnaissant les bactéries de la muqueuse du côlon et du rectum comme des corps étrangers, réagit un peu comme s'il s'agissait d'une infection et envoie donc toute une batterie de défenses.

Le principe de ce médicament repose donc sur l'inhibition des TNF alpha.
On utilise notamment l'infliximab en perfusion intraveineuse lors d'une hospitalisation d'une journée, mais il existe aussi une forme en injection sous-cutanée qui ne nécessite pas d'hospitalisation, que l'on utilise déjà dans d'autres maladies auto-immunes, comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, la maladie de Crohn, le psoriasis, et maintenant la RCH.

En inhibant le TNF alpha, ces médicaments, inhibent, du même coup, la réponse inflammatoire, qui est la cause des symptômes. Cependant, ces traitements ne peuvent être utilisés que dans certains cas : lorsqu'il n'existe aucun foyer infectieux.

D'autre part, on a constaté que, dans certains cas, des résistances à ces médicaments, se mettaient en place. Ces traitements représentent, malgré tout, le grand espoir pour toutes les personnes atteintes de maladie auto-immune.



publicité