publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Rhinite : Les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (10. mars 2015)

Les symptômes de la rhinite allergique sont aisément repérables, il s'agit du classique "rhume des foins". Le nez coule abondamment ou est totalement obstrué, la personne présente des éternuements en salves, et il peut exister des "picotements" des yeux, associés à un larmoiement, et parfois les yeux rouges.

Ces symptômes sont particulièrement caractéristiques de la rhinite allergique saisonnière causée par les pollens. Mais ces pollens ne sont pas les seuls coupables, il existe d'autres allergènes (substances entraînant la réaction allergique) dans notre environnement. Acariens, moisissures, animaux domestiques, produits d ‘entretien... peuvent être à l'origine d'une rhinite. Le rhume est présent dès que la personne est en contact avec l'allergène, indépendamment des saisons.

La rhinite allergique peut être associée à d'autres pathologies allergiques comme l' asthme.

La rhinite virale se caractérise par des écoulements nasaux, des éternuements, des larmoiements... Autre symptôme possible : la fièvre. La rhinite peut être associée à une pharyngite, une conjonctivite. En cas de surinfection bactérienne, les écoulements nasaux peuvent devenir plus épais et jaunâtres.

Le médecin pose le diagnostic de rhinite en posant des questions au patient et en l'examinant. Le médecin recherche la périodicité, l'intensité, le caractère transitoire ou permanent des symptômes et l'importance de la gêne ressentie, pour déterminer le caractère de la rhinite.

Exceptionnellement, il peut demander une radiographie ou un scanner de la face pour visualiser les sinus, ou envisager d'autres examens. Ce qui importe, une fois le diagnostic posé, est d'identifier le facteur responsable de l'allergie. Pour cela, il faut consulter un spécialiste qui réalisera des tests cutanés permettant de repérer la substance allergisante. Parfois aussi une prise de sang.

Dans les autres cas, le médecin cherchera les raisons d'une éventuelle rhinite hypertrophique : une cause médicamenteuse, professionnelle... L'hypertrophie de la muqueuse nasale, voire la présence d'un polype sont à l'origine d'une obstruction nasale quasi-permanente. Il arrive que le seul traitement soit alors chirurgical.


publicité