publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La rhinite

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (10. mars 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

Si le printemps est synonyme de renouveau, de beaux jours à venir, c'est pour certaines personnes le début d'une période plutôt difficile qui rime avec rhume des foins. La rhinite peut être une maladie saisonnière, mais elle peut aussi sévir tout au long de l'année en fonction du mécanisme allergique (acariens, poils d'animaux...). Les rhinites allergiques deviennent de plus en plus fréquentes.

A côté d'une origine allergique, il peut aussi se produire une rhinite vasomotrice, avec des muqueuses nasales épaisses pour différentes raisons (médicamenteuses, professionnelles en raison d'inhalation de substances irritantes...). Quant à la rhinite infectieuse, elle est généralement d'origine virale et souvent associée à une atteinte de la gorge ( rhino-pharyngite).

En fait rhinite signifie : inflammation des muqueuses du nez. Bien entendu, il est important de déterminer la cause de la rhinite. Généralement, on l'identifie en fonction des circonstances de survenue de la rhinite, mais aussi des symptômes, etc. En fonction de la cause, le traitement de la rhinite sera très différent.

La rhinite peut être aiguë (durer quelques jours) ou chronique ( nez bouché ou qui coule durant une période plus ou moins longue). En France, on considère qu'une rhinite allergique affecte environ 25 % de la population. Elle débute généralement à l' adolescence, surtout si elle est liée aux pollens. Sinon elle touche les adultes jeunes, entre 18 et 30 ans, et concerne plus volontiers des allergies "domestiques" (acariens, poils d'animaux...).

Le médecin traitant peut généralement prendre en charge un patient souffrant de rhinite, il éventuellement adresser le patient chez un médecin ORL ou un allergologue.


publicité