publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Rhume des foins : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (23. mars 2016)

Mesures d'éviction :
C’est le premier traitement de la rhinite allergique, même s’il est difficile d’éviter tout contact avec les pollens pendant les périodes de pics. Avant d'envisager les différents traitements possibles, l'application de simples conseils peuvent déjà bien améliorer les choses.

Nos conseils pratiques :
> Aérez les pièces tôt le matin ou tard le soir et pendant les périodes pluvieuses. Les pollens y sont moins nombreux.

> Lavez vos cheveux le soir.

> Évitez les espaces fraîchement tondus ou fauchés.

> Protégez-vous avec des lunettes de soleil enveloppantes et un chapeau.

> Utilisez des filtres anti-pollens dans votre voiture.

> Arrêtez de fumer pendant la période des pollens (... et même après !). Le tabac aggrave l’allergie.

> La pollinisation est plus longue et précoce dans le sud. Les pollens arrivent avec un mois de retard en altitude. Aussi, évitez de prendre vos vacances à la montagne l’été si vous êtes allergique aux graminées.

Le traitement des symptômes

> Avant la période des pollens : vous pouvez prendre un antihistaminique (comprimé, sirop) quelques jours avant le pic de pollens. Mais ce traitement préventif est aléatoire. S’il pleut, s’il fait froid, les pollens ne sortiront pas et votre traitement préventif n’aura servi à rien. C’est le coup de poker. A décider avec votre médecin, en particulier si vous avez peur d’être très gêné. A noter que certains de ces traitements antihistaminiques sont aujourd'hui disponibles dans les pharmacies sans ordonnance. Attention, si vous prenez le volant, ces médicaments peuvent favoriser l'endormissement... Mais bien sûr, il reste préférable de consulter !

> Rhinites légères : le traitement de base, c’est l’antihistaminique. Même si les nouveaux médicaments sont bien tolérés, il existe un risque de somnolence qui dépend de chaque patient. Pour soulager les manifestations nasales et/ou oculaires, le médecin peut également prescrire un anti- allergique local sous forme de gouttes (cromones).

> Rhinites modérées : Antihistaminique et corticoïdes locaux (en gouttes). Ces derniers peuvent être prescrits à chaque fois qu’il y a obstruction nasale (écoulements ou nez bouché). Ces corticoïdes entraînent quelques effets secondaires passagers (éternuements, picotements et sécheresse de la muqueuse nasale, maux de gorge).

> Rhinites récalcitrantes : Des corticoïdes en comprimés sont prescrits quand les symptômes sont très gênants, que le patient a une échéance importante (examens…) et/ou que le traitement local a échoué.

La désensibilisation

On peut désensibiliser presque toutes les allergies aux pollens. La désensibilisation classique se fait par injections sous-cutanées chez le médecin. Aujourd’hui, c’est cependant la désensibilisation par voie sublinguale (gouttes sous la langue) qui est majoritairement proposée, plus facile à administrer.

Il existe aussi désormais un désensibilisation sous la forme de comprimés.

Le traitement est efficace chez 60 % à 70 % des patients. Il permet dans tous les cas de limiter l’aggravation des rhinites et prévenir la survenue d’un asthme.

Notre conseil :
S’il n’y a pas d’amélioration au bout d’une voire deux saisons, votre allergologue devra reconsidérer le traitement à suivre.

A lire nos dossiers :

> Désensibilisation : comment ça marche ?
> Traiter une sinusite chronique.


publicité