publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Salpingite : Les examens

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. octobre 2014)

L'examen médical permet d'orienter le médecin dans son diagnostic. Néanmoins, vu la gravité de l'infection, et la difficulté parfois d'établir avec certitude un diagnostic, des examens complémentaires sont nécessaires. En effet, les symptômes ressentis par la femme peuvent parfois faire penser à une appendicite, ou une autre affection digestive ou gynécologique. Une prise de sang est effectuée, l' échographie, souvent endo-vaginale, apporte d'importantes précisions.

Dans certains cas, le recours à la chirurgie est indiquée, il s'agit de pratiquer une coelioscopie. Le chirurgien pratique trois petites incisions sur l'abdomen et intervient à l'aide de micro-instruments et d'une mini-caméra. Il peut alors directement observer les ovaires et les trompes, et confirmer le diagnostic. Cette intervention qui permet de visualiser l'intérieur de l'abdomen et les organes génitaux, permet, si nécessaire, d'intervenir sur ceux-ci. Cette coelioscopie est aussi l'occasion d'effectuer des prélèvements pour tenter de détecter les microbes en cause.

Les traitements


Le traitement d'une salpingite aiguë ne doit pas tarder sous peine d'entraîner de graves complications. Il peut nécessiter une hospitalisation, avec comme indiqué plus haut, la nécessité de réaliser une coelioscopie pour être certain du diagnostic.

Une fois ce diagnostic de salpingite établi, le traitement comprend le repos au lit, des médicaments antalgiques, et surtout des antibiotiques. Ces derniers peuvent être administrer par injections (piqûres) surtout au début.

La prise d'antibiotiques est nécessaire souvent pendant une période assez prolongée, au minimum deux semaines pour certaines salpingites aiguës.

Pendant la durée du traitement, les rapports sexuels sont proscrits, et il est nécessaire de traiter aussi le partenaire. A la fin du traitement, un contrôle bactériologique par un prélèvement vaginal est effectué pour s'assurer que les germes ont bien disparu. Il est également important d'insister sur les mesures préventives, afin d'éviter une récidive : suivi médical, port d'un préservatif.

Si le traitement de la salpingite est correctement mené, tout rentre dans l'ordre. Mais si les choses sont négligées, d'autres problèmes risquent de survenir comme un abcès, ou une péritonite.

Bien entendu, si une autre infection sexuellement transmissible comme une hépatite B, est découverte à l'occasion du bilan médical, il faudra la traiter.


publicité