publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Sarcoïdose : évolution et complications

Publié par : Dorothee Gebele (12. janvier 2016)

La sarcoïdose peut suivre une évolution aiguë ou chronique. Dans les deux cas, les chances de guérison sont généralement bonnes. Le pronostic et les éventuelles complications dépendent néanmoins de l’organe affecté.

L’évolution

Même si la sarcoïdose aiguë peut se manifester par des symptômes violents, le pronostic est plutôt favorable : dans 95 % des cas environ, la sarcoïdose aigüe connaît une guérison spontanée, sans traitement, en l’espace de 4 à 6 semaines. Après quelques mois, les personnes touchées se sont souvent rétablies. Un an au plus tard, toutes les conséquences provoquées par la maladie au niveau des poumons se sont généralement résorbées.

De son côté, la sarcoïdose chronique peut être guérie par un traitement à la cortisone. Globalement, le pronostic de la sarcoïdose chronique est néanmoins moins favorable que celui de la sarcoïdose aiguë : et les conséquences peuvent être parfois très graves, notamment lorsque le cerveau ou le cœur sont affectés, ou si des problèmes majeurs touchent les poumons. Si dans le cadre d’une sarcoïdose chronique, de nouvelles poussées se manifestent régulièrement, il est conseillé de consulter un médecin et de bien prendre son traitement.

Les complications

Dans le cas d’une sarcoïdose chronique, différentes complications peuvent survenir. Leur forme et leur gravité dépendent de l’organe touché. De possibles complications sont par exemple : une fibrose pulmonaire avec une insuffisance respiratoire, une insuffisance rénale, des paralysies durables, des troubles de la vision.

La prévention

Il est impossible de prévenir une sarcoïdose, puisque les agents déclencheurs de la maladie n’ont, à ce jour, pas pu être identifiés clairement. Si un membre de votre famille souffre de sarcoïdose, le risque que vous soyez également touché par la maladie est légèrement plus élevé que chez une personne sans antécédent familial. Dans le cas de jumeaux monozygotes, le risque serait même augmenté de 30 à 50 %. Dans ces cas, il est recommandé d’être vigilant pour identifier d’éventuels symptômes de la sarcoïdose le plus vite possible. Aussi, n’hésitez pas à indiquer un éventuel antécédent familial de sarcoïdose à votre médecin traitant afin de faciliter le diagnostic le cas échéant.

 

A lire aussi nos dossiers : 
> Respiration difficile 
> Insuffisance respiratoire
> Douleurs dans la poitrine
> Ganglion dans le cou
> L'emphysème pulmonaire
> Le pneumothorax


publicité