publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Schizophrénie : Les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (31. octobre 2014)

Les psychiatres répertorient deux grands types de symptômes dans cette maladie :

> Des symptômes liés au délire, dits « positifs » :
Par exemple des idées délirantes de persécution, des hallucinations auditives, des angoisses de transformations corporelles, des crises d'agitation.

> Des symptômes dits « négatifs » qui sont liés à une baisse des capacités physiques et psychiques :
Par exemple une tendance au repli sur soi et au retrait social pour se réfugier dans un monde intérieur ; des difficultés de concentration, d'attention et un appauvrissement du discours.

Selon les symptômes présentés par les patients, il existerait au moins sept formes cliniques de schizophrénie. Ainsi, les psychiatres préfèrent utiliser le terme de « schizophrénies » au pluriel plutôt qu'au singulier.

Il existe ainsi sept formes principales de schizophrénie.

1 - La schizophrénie simple.
Les symptômes négatifs sont au premier plan : appauvrissement des relations socioprofessionnelles, tendance à l'isolement et au repli autistique dans un monde intérieur. Il y a peu ou pas de symptômes délirants. Cette forme évolue lentement mais très souvent vers un déficit de plus en plus marqué.

2 - La schizophrénie paranoïde.
C'est la forme la plus fréquente de schizophrénie. Le délire domine le tableau clinique et répond le plus souvent aux traitements antipsychotiques.

3 - La schizophrénie hébéphrénique.
La dissociation de l'unité psychique du sujet est prédominante. C'est la forme la plus résistante aux thérapeutiques.

4 - La schizophrénie catatonique.
Le patient est comme figé physiquement et conserve les attitudes qu'on lui impose, comme une poupée de cire. Il est enfermé dans un mutisme, voire répète toujours les mêmes phrases. Actuellement, cette forme se traite et est donc rarement définitive.

5 - La schizophrénie dysthymique.
Les accès aigus ont la particularité d'être accompagnés de symptômes dépressifs, avec risque suicidaire, ou au contraire de symptômes maniaques. Ces formes répondent au moins en partie aux traitements par lithium.

6 - La schizophrénie pseudonévrotique.
Elle associe des symptômes de schizophrénie et des symptômes importants de névrose (hystérique, phobique, anxieuse ou obsessionnelle).

7 - La schizophrénie pseudo-psychopathique ou « héboïdophrénique ».
Il coexiste des passages à l'acte très violents et des symptômes dissociatifs comme une grande froideur affective.


publicité