publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Sclérose en plaques - SEP : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (18. mai 2015)

Les traitements de la SEP sont principalement la cortisone et l'interféron. Ces traitements ont beaucoup évolué ces dernières années. Depuis une quinzaine d'années, les traitements permettent de retarder les effets de la maladie.

> Le traitement des poussées : il repose essentiellement sur la cortisone (les corticoïdes), notamment la méthylprednisolone par voie intraveineuse. Ce traitement est réservé aux poussées sévères. Il présente des effets secondaires et son action n'est pas durable dans le temps.

> Les traitements de fond : leur but est de réduire l'activité du système immunitaire : les immuno-modulateurs et les immuno-suppresseurs.

- Les immuno-modulateurs : ils agissent sur l'inflammation en modulant l'immunité naturelle. Il existe deux grands types de médicaments : l'interféron bêta, et l'acétate de glatiramère. Les deux agissent sur les poussées et sur les lésions. Ils ne présentent pas d'effets secondaires graves.

- Les immuno-suppresseurs : ils agissent directement sur les lymphocytes. Ils sont donc indiqués dans les formes très inflammatoires. L'un de ces médicaments, la mitoxantrone, peut être toxique pour le coeur, et présente des risques hématologiques (sang). Bien entendu de nouveaux médicaments sont en développement, comme l'ocrelizumab qui a montré des résultats intéressants pour réduire les poussées, et l'évolution du hadicap de la maladie. D'autres travaux sont nécessaires sur ce médicament pour démontrer son efficacité (et évaluer exactement ses effets secondaires).

En milieu hospitalier, est utilisé un anticorps monoclonal, le natalizumab, très efficace mais qui peut entraîner l'apparition des réactions allergiques ou des maladies infectieuses (il bloque l'action du système immunitaire).

Plusieurs traitements existent pour limiter les symptômes de la maladie, notamment la fatigue, la spasticité (raideurs des jambes), la douleur ou les dysfonctionnements sexuels.

> L'atteinte des voies nerveuses de la sensibilité provoque des douleurs. Pour lutter contre ces douleurs, un anticonvulsif et un antidépresseur peuvent être prescrits.

> Contre la spasticité et la gêne douloureuse au niveau des jambes, des relaxants musculaires sont efficaces.

> Contre les troubles de l'humeur (symptômes dépressifs, par exemple), on peut avoir recours à des antidépresseurs associés à une psychothérapie.


publicité