publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La spondylarthrite

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. novembre 2014)

© Jupiterimages/iStockphoto

Spondylarthrite ankylosante, ce terme plutôt complexe correspond à une maladie rhumatismale bien précise qui peut avoir des formes plus ou moins sévères.

La spondylarthrite, encore appelée pelvispondylite, ou spondylarthrite ankylosante est un rhumatisme inflammatoire qui touche surtout certaines articulations, dont celles de la colonne vertébrale lombaire, et les articulations sacro-iliaques du bassin - région des fesses.

La spondylarthrite se manifeste par une inflammation d'une partie anatomique bien particulière : l'enthèse. Il s'agit de cette petite zone où les tendons, les ligaments et les capsules, s'insèrent sur l' os. Et c'est cette inflammation de l'enthèse qui fait souffrir dès le début de la maladie.

Des douleurs peuvent apparaître au niveau de la colonne vertébrale, ou encore sur les articulations du bassin, les articulations sacro-iliaques, ou parfois au niveau du talon, à l'insertion du tendon d'Achille. D'autres articulations peuvent également être touchées, comme l'épaule, le genou, la cheville ou le poignet. Ce rhumatisme est assez souvent lié à un facteur de prédisposition génétique.

Loin d'être une maladie rare, la spondylarthrite affecte environ 0,5% de la population. Elle touche un peu plus souvent les hommes que les femmes, et débute plutôt chez des sujets de moins de 30 ans. Il en existe plusieurs formes. Ce rhumatisme peut être sévère et invalidant, et fait partie de la liste des 30 maladies prises en charge à 100% par l' Assurance maladie.

Cette spondylarthrite est parfois associée à un psoriasis, ou à une maladie digestive inflammatoire.

Heureusement, de nombreux progrès ont été effectués sur ce rhumatisme, avec en particulier l'arrivée de nouveaux médicaments. Cet article fait le point sur les symptômes et le traitement de la spondylarthrite ankylosante.


publicité