publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Surdité

Publié par : Dorothee Gebele (09. juillet 2015)

© Jupiterimages/Huntstock

La surdité se définit comme une perte de l’audition. Il en existe différents types et niveaux. Selon le degré de la déficience auditive, l’âge d’apparition et les circonstances de survenue de la surdité, celle-ci peut avoir différentes conséquences plus ou moins importantes sur la vie de la personne touchée.

La surdité peut être unilatérale ou bilatérale :

- La surdité unilatérale (d’une seule oreille) gêne la personne à discerner la direction, l’origine de la source sonore et la distance d’une source sonore.
- La surdité bilatérale (des deux oreilles) implique une perte de l’ouïe totale : la personne touchée ne peut plus percevoir ni bruits, ni sons.   

La surdité peut avoir diverses causes et résulter par exemple d’une malformation anatomique d’une partie précise de l’oreille (ou des deux oreilles), d’influences néfastes pendant la grossesse ou de maladies développées après la naissance. La surdité peut être la conséquence de dommages déjà présents dès la naissance (on parle de surdité congénitale) ou survenir au cours de la vie (surdité acquise).

Quand le problème survient chez un enfant, à un âge jeune, la surdité peur avoir de graves conséquences en particulier pour apprendre à parler. En fonction du moment de survenue de cette perte d’audition, on distingue les types de surdité :  

- La surdité pré-linguale : la surdité est déjà présente ou s’installe avant l’acquisition du langage.
- La surdité post-linguale : la surdité bilatérale s’installe après l’acquisition du langage.

Cette distinction est importante en vue des conséquences d’une surdité bilatérale pour le développement du langage chez un enfant :

- Si la surdité bilatérale survient avant l’âge de 7 ans, elle entraîne généralement la perte du vocabulaire que l’enfant a acquis auparavant si des solutions ne sont pas prises rapidement.
- En cas de surdité bilatérale acquise après l’âge de 7 ans, le vocabulaire est généralement conservé.

Une surdité unilatérale acquise à un âge précoce n’a généralement pas d’impact sur le développement linguistique de l’enfant.

La surdité peut être plus ou moins importante. On parle plus exactement d’hypoacousie quand la perte d’audition est partielle. Ou de surdité quand la baisse ou perte d’audition est totale.

En fonction de l’origine du problème, il peut s’agir d’une surdité dite de transmission : quand le problème touche le tympan ou l’oreille moyenne avec ses osselets : différentes solutions peuvent être envisagées, dont une intervention chirurgicale ORL.

Il peut s’agir d’une surdité de perception, quand la surdité touche l’oreille plus en profondeur (l’oreille interne, avec l’atteinte de la cochlée).

Il arrive que ces deux types de surdité existent en même temps : on parle de surdité mixte.

Comme de nombreux cas de surdité ne sont pas déclarés, il est difficile d’obtenir des chiffres exacts sur la surdité en France. Mais le nombre de malentendants est estimé à 5 millions, dont environ 500 000 de personnes atteintes de déficience auditive profonde ou sevère. La surdité congénitale touche 1 enfant sur 1 000.

Dans cet article, nous nous intéresserons surtout aux problèmes d’audition découverts à la naissance ou durant la petite enfance.

 

Auteurs : Dorothee Gebele, Dr Nicolas Evrard


publicité