publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Syllogomanie : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. août 2014)

Les cas les plus sévères de syllogomanie (syndrome de Diogène) sont liés à une cause neurologique (démence frontale ou autre affection cérébrale) ou psychiatrique (schizophrénie, paranoïa, psychose hallucinatoire chronique, mélancolie). L'âge de l'individu et les symptômes associés pourront plaider en faveur de l'une ou l'autre de ces causes.

Une évaluation par le médecin généraliste ou le psychiatre traitant, dans le cadre d'une visite à domicile, associée à des examens para-cliniques (imagerie, biologie) sera à même de conclure au diagnostic.
La syllogomanie peut être associée à d'autres troubles psychiatriques sans qu'il n'y ait de lien de cause à effet. Cependant les causes sous-jacentes peuvent être communes.

> Le Trouble Obsessionnel Compulsif (ou TOC).
Cette association est très fréquente. A tel point que la syllogomanie était auparavant considérée comme un symptôme du TOC. Depuis l'avènement du DSM-5, ces deux pathologies sont bien différenciées mais s'influencent l'une et l'autre. Le syllogomane victime de TOC a de particulier qu'il accumule les objets de manière ordonnée, classée.

> Les troubles anxio- dépressifs.
L'anxiété généralisée, la phobie sociale, l'anxiété de séparation, l'état de stress post-traumatique et enfin la dépression, peuvent être associés à la syllogomanie. Ces différents troubles ont en commun un sentiment d'insécurité affective, décrit plus haut dans le cadre de la syllogomanie.

> Les addictions comportementales.
D'autres comportements compulsifs peuvent se retrouver chez l'individu atteint de syllogomanie : trichotillomanie, achat compulsif, dermatillomanie (excoriation cutanée compulsive), etc.

> Les troubles de la personnalité.
La syllogomanie peut être associée à un trouble de la personnalité (narcissique, borderline, obsessionnelle, paranoïaque...). Plus précisément, l'impulsivité est un trait de personnalité fréquemment retrouvé chez l'individu souffrant de syllogomanie.

> L'hyperactivité avec déficit de l'attention.
Une étude récente (2010) a mis en évidence le lien existant entre le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (THADA) et le syndrome de Diogène de la personne âgée. Le second apparaissant comme l'évolution potentielle du premier dans le cas où il serait insuffisamment traité. La cause commune de ces pathologies serait une hypo-activité de la partie frontale du cerveau.

> Un manque affectif.
Le plaisir d'acquérir et le besoin de posséder, caractéristiques de la syllogomanie, viennent combler un vide affectif et constituent un rempart inadapté contre l'angoisse.
L'acquisition de l'objet s'apparente à une compulsion, semblable à l'achat compulsif, et procure au syllogomane un plaisir immédiat, aussi rassurant qu'il peut être intense. L'objet perd de sa fonction primaire et se voit attribué une fonction de réassurance auquel l'individu s'attache et craint de se séparer. Il s'agit dès lors de garder près de lui ses possessions pour combler un vide intérieur et renforcer cette pseudo-barrière de protection contre l'angoisse.
Un traumatisme affectif, un climat d'insécurité, une séparation difficile voire une carence, remontant parfois à la plus tendre enfance, peuvent favoriser l'apparition de ce trouble.


publicité